Loading...
Disques

Krgovich & Friends – Pasadena Afternoon

Krgovich et ses amis enregistrent, en une journée, avant de partir pour Disneyland, un album de reprises, MAGISTRAL, tout en finesse et spontanéité. Aussi agréable qu’une limonade sur le perron, sous le soleil californien.

On pourrait penser qu’un deuxième album de Krgovich cette année, c’est un peu abusé. Surtout après avoir tutoyé l’ange Hollis et le déjà en voie de béatification pre-mortem Paddy Mc Aloon sur “Philadelphia”. Il n’en est rien car Krgovich a plus d’un tour dans son sac et une garde-robe variée : pour rappel, le girls band (“Gigi”), la pop preppy (“Come into My House”), le r’n’b (“On Sunset”), l’auto relecture lo fi (“On Cahuenga »”), l’indie pop (“OUCH”)…
“Philadelphia” est éthéré, pastel, tout d’impressions lisses et fugaces ; “Pasadena Afternoon” est au contraire un retour dans le giron de l’indie pop lo fi, entouré de ses camarades de jeux dans divers projets (Dear Nora, LA Takedown).

On est dans le plaisir pur, celui de jouer avec ses potes, des compositions de ses amis et idoles… forcément canadiennes comme Chris A. Cummings de Mantler aujourd’hui Marker Starling, ou Veda Hille.
Mais le plaisir est aussi partagé par l’auditeur, notamment en retrouvant des obsessions personnelles (Little Wings, Chris Cohen) mais surtout en découvrant des artistes et surtout des chansons extraites de leur répertoire et de leur gangue propre pour se retrouver fondues dans la légère pâte Krgovich. Ainsi le “Opal Elections” si brut et lo-fi de Ruth Garbus se trouve ici sautillant et souple (on vous renvoie en bas de page aux liens des albums dont sont tirées les reprises). On ne sait d’ailleurs plus qui est qui, le titre pouvant aisément passer pour du Chris Cohen, du Randy Newman… ou du Nicholas Krgovich.
Les chansons de LAKE, “Giving & Receiving” (chanson hautement piégeuse !) et “Bird & Berry”, explosent en bouche, tout en finesse d’écriture, polies par la touche Krgovich : souplesse et légèreté, groove tranquille et efficace (ces woodblocks aussi).

It’s not the words you love
It’s the voice of the author
It’s not the story spoken
But the impression furnished

chante Krgovich sur “Author” de Cummings. Et c’est on ne peut plus vrai. Preuve qu’on est au-delà du simple album de reprises de potes. Il y a vision. Et émotion : “Skulls Example” est simplement la plus belle chanson qu’on ait entendue cette année. Petit bijou d’écriture sur une vie moderne surconnectée et déshumanisée (c’est le thème de l’album de Dear Nora dont est issue la chanson) contrebalancée par des méthodes d’écriture automatique :

Basic trash filled alleyway
Backlit grass is swaying
As tips dogs in the magic hour
Children are playing
I took a photo of a photo
And I got in trouble
Not far from the electric tower

He had a dystopian mountain
Smog vale covering
Wifi
Or the band
They built a church
On top of the ruins
Skulls example is my name

Krgovich et ses amis s’y font distants, jouant des échos et des couches, laissant la chanson parler d’elle-même. Son exposition fait tout. Je ne sais pas si Katy Davidson avait ça en tête lorsqu’elle a trouvé ce titre de “Skulls Example” mais je ne peux m’empêcher de penser à cette curiosité : le saviez-vous, amis parisiens et touristes des « territoires » en visite, le crâne de l’éternel Descartes donné à voir à la multitude au Musée de l’Homme ?

D’autres traces du questionnement sur la place de l’homme et de la nature sont aussi dans le choix des chansons reprises par Krgovich et ses amis. Comme dans « Plants » de Veda Hille, (épouse de l’ancien batteur de P:ano et de No Kids), charmante chanson de garçon qui, comme dans “Portbail” de Souchon, aime beaucoup trop les fleurs.

Wheat once did grow wild as apples
Some people are poisoned more easily than others
We once did grow wild as apples
Some poisonous plants are very helpful

Fly angel death angel fly angel death angel fly

Pokeberry bittersweet nightshade and jimson weed
Their fruits roots or berries are sometimes eaten by mistake
I could eat you by mistake.
Like I could eat turkish delight

Ceux qui suivent la vie amoureuse tumultueuse de Krgovich saisiront l’allusion déjà patente dans “Giving & Receiving”. Nous sommes bien ici dans une collection de motifs empruntés à d’autres, permettant de peindre l’âme de notre cher Nicholas. La déception amoureuse, la place de l’art vue de manière profonde mais aussi légère et ironique (“Author”), et même la vie de voyageur bohème avec ce titre magnifique de Little Wings “Old Apocalypse Style” :

I would hitchhike far away but they cut off my thumb
(…)
If the ground we now is doomed by poison, do not drink a drop
I try to trust a human being, be hippie, priest, or cop
Slanted black against the sky, I do not know a when or why
I opt out for a do or die, you know the summer’s here

La facture de “Pasadena Afternoon” est certes spontanée (quelques traces de ces prises ont été volontairement laissées ça et là) mais cette petite bande de malins se connaît tellement que cela ne se sent qu’à peine. On voit que l’essentiel est de construire ensemble un son (en gros celui de “In an Open Field”, en plus nerveux, un peu comme les derniers Little Wings et Chris Cohen) et de laisser la part belle aux textes.

On peut dire tellement dans une chanson, on peut dire tellement par des reprises. Krgovich est un maître, laissons le nous en-chanter comme dans la conclusion de Author, alpha et omega ironique de l’art de la scène :

I’m in the crowd
I’m in the stands
Raising my voice
Clapping my hands
Masterful work
Success is assured
I’ll type my 300 words

Avec l’aide de Johanna D., celle-là n’est pas une passade.

“Pasadena Afternoon” est paru en format cassette le 4 décembre 2020 chez les impeccables Moone Records.

Face A
Giving and receiving (Ashley Eriksson & Eli Moore aka Lake, Giving and receiving sorti chez K Records, 2011)
Plants (Veda Hille, 2001)
Yesterdays on my mind ( Chris Cohen, As If Aparts, 2016)
Opal Elections (Ruth Garbus, sur Joule EP, OSR Tapes 2014)
Time is Now (Katy Davidson aka Dear Nora, sur Three States : rarities 1997-2007)

Face B
Old Apocalypse Style (Kyle Fields aka Little Wings, Explains sorti chez Woodsist, 2015 )
Bird and The Berry (Ashley Eriksson & Eli Moore aka Lake, Giving and receiving sorti chez K Records, 2011)
Author (Chris Cummings aka Marker Starling formerly Mantler, Monody, 2010)
Skulls Example (Katy Davidson aka Dear Nora, Skull Example, 2018)

Les originaux sont tirés des albums suivants :


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *