Loading...
DiversNewsPlaylist

Une rentrée française en quatre clips et quatre claques

L’hommage à Ravel de Watine, l’écriture d’orfèvre de Thousand, la lettre de rupture de Silly Boy Blue, l’éclosion r’n’b de Thérèse… La French touch de cette fin d’été a des reflets changeants mais passionnants.

Watine / Interstellar – Un-Ravel

Son projet de triptyque débuté en 2018 avec son grand œuvre (so far), “Géométries sous-cutanées”, se concrétise en ce mois de septembre avec un nouvel album très attendu, “Intrications quantiques”. En attendant, Catherine Watine tient plus qu’en haleine avec un second clip tiré de ce disque à venir. Après la superbe et lynchienne vidéo du titre “Eros & Thanatos”, elle offre un écrin magique à “Interstellar Un-Ravel”, inspiré directement du “Boléro de Ravel”, dont il suit scrupuleusement le rythme ternaire, mais aussi du Unravel de Björk, auquel la seconde partie du titre du morceau adresse un clin d’œil appuyé. Le clip, onirique et aérien, reprend les images d’une captation de ballet créé sur la musique de Ravel, et forcément l’imbrication (quantique) des images et du son est parfaite. Une mise en orbite idéale pour l’album, dont la sortie est désormais imminente.

Thousand – Jeune femme à l’ibis

Le troisième album de Thousand, « Au paradis », est sorti plus tôt cette année, mais il faut redire la qualité du projet mené par Stéphane Milochevitch, qui s’accomplit merveilleusement dans ce titre et ce clip captivants. Accompagné par la gracile Emma Broughton au chant et par l’élégant Olivier Marguerit à la basse et aux claviers, Thousand regarde la France de 2020 comme Miossec regardait (un peu) celle de 1995. Avec acuité et justesse, dans un road-trip (et un word-trip) surréaliste au cœur d’un pays exsangue où toutes les aventures sont encore, pourtant, à inventer. “Regarde le vide, écoute le silence…” Tout le contraire de Thousand, en somme. Et puis, ce n’est pas rien, c’est peut-être la première fois qu’on entend (dans le refrain) un usage de l’AutoTune aussi intelligent et à propos dans une production d’ici. Une preuve supplémentaire du caractère intrépide d’un groupe déjà important.

Silly Boy Blue – Hi, It’s Me Again

On n’emprunte pas son pseudo à une chanson séminale de David Bowie par hasard. Déjà remarquée en 2019 avec un premier EP contenant en particulier le titre “The Fight”, qui a connu un beau parcours en festivals et sur les ondes, Ana Benabdelkarim revient avec un morceau post-rupture intensément émouvant, rappelant ce que des artistes du calibre d’Agnes Obel ou Lana Del Rey peuvent faire de mieux. Le premier album de la jeune Française, qui sortira cet automne, devrait lui permettre d’exploser à la face du monde. Et montrer davantage encore qu’elle est une vraie “starwoman” en devenir.

Thérèse – T.O.X.I.C

Et si le relève du r’n’b venait de France ? Tout fraîchement émancipée du duo La Vague, qui avait déjà provoqué quelques remous dans les salles parisiennes, Thérèse Sarayath propose un tout premier titre solo offensif et accrocheur. La jeune femme s’affranchit de l’électro-rock, certes inspiré, de son précédent projet pour se rapprocher d’une FKA Twigs, et montre un potentiel qui devrait lui permettre de rapidement dépasser le périph, puis les frontières. Elle démontre aussi, comme l’a fait par exemple une Beyoncé dans ses engagements récents, que le r’n’b est peut-être, en quelque sorte, et sans (trop de) provoc, le punk d’aujourd’hui, en tout cas une musique concernée par la marche du monde et menée par quelques personnalités fortes et attachantes. Comme Thérèse. On attend la suite, sur scène et en studio, avec une grande curiosité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *