Loading...
Disques

Andrea Laszlo De Simone – Immensita

Andrea Laszlo De Simone - Immensita

Ce genre de miracle auquel se raccrocher. Qu’il vienne d’Italie nous apparaîtra comme un signe des temps, nous emportant avec bonheur loin d’une actualité que l’on peine à saisir et qui nous dépasse.

Nous ne connaissions pas Andrea Laszlo De Simone, musicien transalpin de 34 ans, déjà responsable de deux albums publiés en 2012 et 2017. Son bien nommé “Immensita”, un EP de 4 titres d’une incroyable beauté, est sorti en fin d’année dernière, et ne nous parvient qu’aujourd’hui.

“Immensita” est sans doute plus difficile à définir qu’il n’y paraît au premier abord : une suite de chansons paradoxales, d’une grande évidence mélodique mais aissi d’une complexité telle que de nombreuses écoutes n’arrivent pas à les épuiser. Comme dans les plus grandes œuvres pop, les compositions de l’Italien semblent, pour chacune d’entre elles, contenir plusieurs lignes mélodiques qui se chevauchent, s’entremêlent, et se (re)découvrent au fil des écoutes.

“Mistero”, titre-phare de ce EP, apparaîtra ainsi comme une véritable odyssée musicale en soi, accompagnée d’une vidéo-manifeste, comme le rappel des épopées cosmiques de Kubrick et de Terrence Malick. Voyage au cœur de la matière, « Mistero » éblouit d’abord par sa richesse instrumentale (souffle et chœurs célestes, guitare, orgue réverbéré), avant que sa partie finale aux allures de comptine, jouée au piano, ne touche au cœur.

Une mélancolie évanescente semble souvent s’échapper des compositions d’Andrea Laszlo De Simone, comme le souvenir d’une musique populaire italienne qui connut son âge d’or dans les années 60 et 70. Ce qu’illustre à merveille le morceau-titre, en Cinémascope, que l’on rêverait d’écouter l’été, vitres ouvertes, au milieu des plaines toscanes. Comme peu d’œuvres, “Immensita” sait passer d’un univers en expansion à un autre plus intériorisé, à l’échelle du corps, de ses sensations plus immédiates. A l’image du dernier titre de l’ensemble, de toute beauté, “Conchiglie”, qui nous fait traverser trois paysages sonores en les liant comme peu savent le faire. L’autre nom d’”Immensita” : la grâce.

Andrea Laszlo de Simone – Conchiglie (Sans Edit) from SANS FILM on Vimeo.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *