Loading...
Disques

Dakota Suite – The Indestructibility of the Already Felled

Apprécier la musique de Dakota Suite nécessite de prendre les compositions du groupe comme elles viennent, comme une trace minimaliste du temps qui passe, comme une envie de ne pas jouer la note de trop. Chris Hooson avait commencé sa carrière avec une série de disques dans la mouvance de Red House Painters ou American Music Club – il jouera d’ailleurs un temps avec Bruce Kaplan et Tim Mooney –, et le voici aujourd’hui qui collabore avec Quentin Sirjacq. Ils jouent tous les deux une musique épurée, on y entend juste une note de piano, comme suspendue. Plus loin, un arpège de guitare acoustique, des percussions et la voix de Chris Hooson, toujours au bord du chuchotement, nous accueillent tout doucement. On découvre ces compositions comme on se promène dans un jardin calme que l’on ne connaissait pas, avec surprise et apaisement.

Chris Hooson et Quentin Sirjacq ont enregistré “The Indestructibility Of Already Felled” pendant quelques jours, lors d’un voyage au Japon. Les onze titres sont de longs échanges entre guitare et piano, jouant sur la quiétude, les silences, l’émotion et une sorte de détachement progressif qui nous incite à prendre nos distances face à l’agitation qui nous entoure. Chris Hooson chante sur quelques morceaux, comme le très beau “My Thirst For You Is Where I Hide”, où l’orchestration se fait aussi belle qu’une pluie légère qui s’abat sur les arbres en fleur.

Les plus calmes d’entre nous sauront apprécier ces haïkus musicaux comme il se doit, en soirée, chez soi, bien au chaud, avec une tisane douce-amère. L’extrême simplicité de cette musique triste et mélancolique agit comme une respiration, un temps qui finit par résonner doucement en nous alors qu’il ne nous reste plus que le silence à écouter.

safe within your arms
kogarashi (木枯らし)
silences are all the words I have
away
kintsugi (金継ぎ)
my thirst for you is where I hide
these nights without you
aiseki (哀惜)
how scared I am to live
what you could not know
kyōshū (郷愁)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *