Loading...
Disques

Michael Head & The Red Elastic Band ‎– Adiós Señor Pussycat

Michael Head & The Red Elastic Band - Adios Señor Pussycat

Le nouvel album de Michael Head est-il meilleur, aussi réussi, ou un peu moins bon que ses prédécesseurs ? Le simple fait que « Adiós Señor Pussycat » voie aujourd’hui le jour suffit à oublier toutes ces questions et à en faire, en toute objectivité, notre album de l’année. Peu nombreux sont ceux qui, quelques années en arrière, auraient misé sur une telle renaissance du songwriter culte de Liverpool, la cinquantaine bien tassée et la plume toujours allègre.

En 35 ans de carrière, l’âme des Pale Fountains et de Shack a traversé bien plus d’orages que la plupart de ses contemporains, et c’est en partie ce qui rend son retour dans les bacs tellement précieux. Généreux, spontané en dépit d’une longue période de maturation, sans doute imparfait mais tellement humain, « Adiós Señor Pussycat » est l’aboutissement d’un long processus de reconstruction entamé depuis le EP « Artorius Revisited » en 2013.

Revivifié par les possibilités offertes par un nouveau backing band en constante évolution, ce Red Elastic Band qui semble pouvoir s’étirer à l’infini, Michael Head peut musarder là où bon lui semble. Le folk ardent (« Picasso », « Lavender Way », la reprise du traditionnel écossais « Wilde Mountain Thyme ») répond ainsi à la pop hors d’âge (« Rumer », « Josephine »), tandis que « What’s the Difference » imagine encore une fois un Love qui aurait préféré les brumes du Merseyside au soleil de la Californie.

Enregistrées à Liverpool sous la houlette de Steve Powell, qui retrouve Head vingt ans après avoir collaboré au classique « The Magical World of the Strands » (dont « Adiós Señor Pussycat » pourrait être le double lumineux et adouci), ces treize nouvelles chansons sont donc autant de motifs d’enchantement. Quand tant d’artistes de sa génération se perdent, navigant à vue entre reformations opportunistes et ressassement racorni d’un passé à jamais envolé, le capitaine Head tient fermement la barre avec, pour seul cap, la quête éternelle de la chanson pop parfaite.

Violette Records

Shacknet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *