Loading...
Disques

Ultimate Painting – Dusk

Ultimate Painting - Dusk

Au départ simple projet parallèle de James Hoare (The Proper Ornaments, Veronica Falls) et de son alter ego Jack Cooper (Mazes), Ultimate Painting poursuit une ascension qui pourrait bien le conduire tout en haut de l’affiche. Avec la régularité d’un métronome (il maintient le rythme d’un album par an depuis ses débuts en 2014), le groupe londonien continue à égrener sereinement ses compositions accrocheuses et dénuées d’artifices, héritières du troisième Velvet Underground (« I’m Set Free ») ou des Byrds de « Fifth Dimension » (« Song For Brian Jones »). Loin de donner dans le spectaculaire, les mélodies soyeuses du tandem britannique sont de celles qui impriment leur marque de façon insidieuse, et pour longtemps (« Lead the Way », « Who is Your Next Target »). Proche du vétéran Pete Astor, avec lequel James Hoare a collaboré sur l’indispensable « Spilt Milk » (2016), Ultimate Painting fait le pari d’une sobriété esthétique résolument à contre-courant, érigeant patiemment et sans tapage des chansons comme des remparts contre tous les excès du monde moderne. Chacun pourra alors trouver des vertus réparatrices dans le confort simple de ce beau disque d’indie-rock de chambre, confectionné à partir des mêmes étoffes que l’inusable « Autumn Sweater » de Yo La Tengo (« Silhouetted Shimmering »). Modeste et doucement nostalgique tout comme ses deux excellents prédécesseurs, « Dusk » enfonce le clou et confirme, si besoin était, qu’Ultimate Painting est un groupe avec lequel il faut désormais compter.  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *