Loading...
Disques

Errors – How Clean is your Acid House?

ERRORS – How Clean Is Your Acid House?
(Rock Action / PIAS ) [site] – acheter ce disque

ERRORS - How Clean Is Your Acid House?On pense d’abord beaucoup à Mogwai sur "How Clean Is Your Acid House?" : Glasgow, le label Rock Action, les remerciements crédités, l’arpège saccadé qui entame ce "Mr Milk", qui lui-même renvoie au dernier album des pionniers officiels du post-rock : Mr Beast. Pas de paroles non plus, et des guitares très présentes, souvent incisives, avec une prédilection pour les boucles. Ça fait beaucoup.
Mais en vérité Errors est un groupe de dance music. Oui, Monsieur. Un groupe pour la scène, qu’ils avouent fréquenter plus que les salles de répétitions. Certes on est en droit de se demander comment on danserait sur des trames mélodiques à la fois aussi étirées et austères, mais après tout, la cold-wave a permis cela aussi. C’est donc sur son versant rythmique que Errors marque la différence : synthés et laptops sont mis à contribution pour créer une dynamique qui emprunte pour une fois assez peu à l’electronica : pas de rythmique flottante, ou de bidouillages minimalistes. Tout au plus, par moments, quelques dérapages contrôlés qui rappelleront Autechre, pour ceux qui chercheraient un lien avec le côté écorché des guitares post-rock. Mais ces boucles électroniques tiennent plus de la culture club, avec ses basses puissantes et ses tempos soutenus. Comme finalement le résume assez bien le titre de l’album, on aurait affaire à une techno contaminée par des bribes d’expérimentation. Quant à être de l’acid house, n’exagérons rien tout de même, nous sommes entre gens civilisés ; mais rendons grâce à la bonne blague du titre… Au final, même si l’originalité ne prime pas – le mélange de deux genres est sans doute trop flagrant -, "How Clean Is Your Acid House?" est un album assez jouissif dans ses moments les plus sautillants, mais plus convaincant, quoiqu’un peu approximatif, quand il est plus ambitieux et part dans de longues plages de distorsion instrumentale ("Crew Cut", "Songos Ya Mongos!"), distillant une énergie tellurique comparable au superbe et récent "Pass The Hatchet, I Think I’m Goodkind" qui introduit le dernier Yo La Tengo.
Court, inégal, mais parfois puissant, l’album se révèle une belle expérience sonore, à la fois cérébrale et physique. "My father was an Error!", pourront dire les descendants de ces Ecossais. Et ils pourront en être fiers…

David Dufeu

Mr Milk
Terror Tricks
Crew Cut
Dizzee Rascal +1
Songos Ya Mongos!
Hans Herman
Ah Ha Ha

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *