Loading...
Disques

B. Fleischmann – The Humbucking Coil

B. FLEISCHMANN – The Humbucking Coil
(Morr Music / La baleine) [site] – acheter ce disque

B. FLEISCHMANN - The Humbucking Coil Membre actif du label berlinois Morr Music aux côtés de Tarwater, Lali Puna, Múm, Tied and Tickled Trio, le pianiste B. Fleischmann incarne la facette sage et mélodieuse de cette école electro-pop d’outre-Rhin avec deux albums remarqués en leur temps (Pop Loops For Breakfast en 1999 et Welcom Tourist en 2003). Invariablement, Fleischmann est un artiste qui privilégie les atmosphères brumeuses, la dérive des continents vers des horizons pop légers, les pas chassés, l’élégance harmonique discrète. Bref tout ce qui prend son temps, change imperceptiblement et s’installe dans une torpeur contemplative. Impression renforcée avec "The Humbucking Coil", son cinquième album aux sonorités post-rock électroniques aussi paresseuses que le fauve à la sieste.
D’emblée, ce disque irrite avec ses mélodies vagues, ses beats amorphes, cet orgue lugubre qui imprègne jusqu’à la moelle des compositions trop souvent létales. Mais bizarrement, ce climat de sinistrose finit, par je ne sais quel hasard, par avoir raison de nos réticences légitimes. Ceci est à chercher peut-être dans les détails accrocheurs dont notre homme, en bon artisan, se sert avec une science parfaitement éprouvée. Ecoutez les guitares de "Broken Monitors" qui viennent mourir sur le bord de la platine tels des cachalots blessés, ces notes de piano qui tombent en pluie fine, ces samples craquants calés sur la mire à 4 heures du matin. Ils font tout le sel de cet album endormi finalement plus inoffensif que mauvais. A peine si la voix blanche et la clarinette de Christoph Kurzman – déjà présent sur les précédents opus de l’Autrichien – viennent perturber ce doux ronronnement. Pourtant, leur singularité apporte sur trois titres ("Cain", "Static Grate" et "From to") un peu de vie à un tracklisting en roue libre.
Univers fragile et répétitif reposant sur une myriade de sons vibrionnants, The Humbucking Coil fourmille de détails à défaut d’idées. Album d’ambiance, il se contente de diffuser dans l’air une bruine mélancolique qui vous colle à la peau et vous engourdit pour le restant de la journée. Vous l’aurez compris, ce n’est sûrement pas un coup de maître mais pour ce qui est du coup de blues, c’est réussi.

Luc Taramini

Broken Monitors
Cain
Composure
First Time
Phones and Machines
Static Grate
From to
Aldebaran Waltz

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *