Loading...
Interviews

Maker – Interview

MAKER

MAKER - InterviewIls ne sont pas si nombreux, les producteurs capables de sortir en quelques mois trois excellents albums hip hop. Mais Maker est l’un d’entre eux. « Honestly », « The Harvest » avec Qwel et le « Seconds Away » de Glue font tous partie des « must have » rap de ces dernières années. A l’occasion de la sortie de son « Shooting The Breeze », nous avons demandé à l’auteur et co-auteur de ces disques de nous en dire plus sur lui.

Je n’avais jamais entendu parler de toi avant 2003. C’est alors que tu es soudainement apparu avec ton album « Honestly », aux côtés de tout un tas de gens comme Adeem, les Nacrobats, Qwel, Thawfor, Josh Martinez et Governor Bolts. Comment as-tu rencontré tous ces gens ?

J’avais un groupe avant, Them Badd Apples. Nous avons sorti un album (sans titre) à la fin des années 90. Ca nous a permis de faire les premières parties de tout un tas de gens. C’était une première façon de rencontrer du monde. Ensuite, par le simple fait d’appartenir à la scène de Chicago, je me suis fait des tas d’amis.

Parlons de ce premier groupe, Them Badd Apples.

Them Badd Apples, c’est une bande d’amis avec qui j’ai grandi. Tu les retrouves sur mon album, « Honestly ». On avait toujours eu l’idée de faire de la musique, et un jour nous nous y sommes mis. C’est comme ça que j’ai fait mes débuts aux beats. On est toujours ensemble et on envisage de sortir à nouveau quelque chose dans un futur proche.

Qui t’a initié à la production ? As-tu eu un mentor ? As-tu pris un modèle sur un autre producteur hip hop ?

J’ai commencé à faire des beats sans personne pour m’expliquer ou me guider. J’ai tout appris sur le tas. Je n’ai jamais eu de mentor personnel. Mais à l’époque où j’ai commencé, les disques de DJ Premier, de Large Pro et de Prince Paul tournaient sans arrêt sur ma platine. La production du « Bulhoone Mindstate » de De La Soul a été une grosse influence, je l’ai toujours trouvée géniale.

Tu viens juste de sortir un nouvel EP avec Glue. Tu peux nous en parler ? Et qu’en est-il du prochain album de Glue ?

Oui, « Sunset Lodge » est la transition entre « Seconds Away » et notre prochain disque, que nous terminons en ce moment même. On continue d’évoluer, j’ai le sentiment que notre musique s’améliore à mesure que nous apprenons à bosser ensemble. « Sunset Lodge » n’est qu’un avant-goût de la nouvelle direction que nous allons prendre. Le prochain album, « Catch as Catch Can », devrait sortir dans le courant de l’année prochaine avec un plus gros budget, une meilleure distribution. Il devrait être trouvable partout.

Et ta collaboration avec Qwel ? C’était juste un coup ou allez-vous former un duo pérenne ?

Eh bien, je ne suis pas certain que ce soit pérenne, nous sommes juste des amis… Musicalement, je pense qu’il a la capacité de faire des choses très différentes avec des tas de producteurs, d’autres one-shot. Préparer un nouvel album n’est pas dans nos plans.

Tu ne prévois aucun disque avec d’autres MCs ?

Pour l’instant, non, je n’ai pas de plan préétabli. Mais j’aimerais vraiment beaucoup travailler avec un autre rappeur pour un album complet, en bâtir les ambiances, les hauts et les bas. Ce sera peut-être pour plus tard.

« Shooting the Breeze » est ton premier album purement instrumental. Tu as ressenti le besoin de sortir un album qui soit 100% toi ?

Après la sortie de « Honestly », des tas de gens m’ont demandé de sortir un album purement instrumental. Beaucoup de gens m’ont aussi réclamé des versions instrumentales de « The Harvest » et des disques de Glue. C’est ce qui m’a donné envie de le faire… A l’origine, mes beats étaient toujours destinés à des rappeurs. Mais ce n’était pas une transition trop difficile. Les morceaux instrumentaux de « Honestly » ont été une première étape dans cette direction.

Récemment, j’ai lu une autre interview de toi sur HipHopSite où tu citais l’album « Express Rising » de Dante Carfanga comme une grosse influence. Je n’en ai jamais entendu parler. Tu peux nous en dire plus ? Ca se trouve où ?

Oui, c’est vrai. Un jour je suis allé à l’une des soirées funk de la Dannys Tavern, ici à Chicago, et Dante m’en a filé un exemplaire. Sur cet album, il y avait une ambiance que je n’avais encore jamais connue sur des albums récents. J’ai voulu restituer ça avec « Shooting The Breeze ». Mon album ne ressemble en rien au sien, mais j’ai voulu moi aussi créer ma propre ambiance et y baigner les auditeurs, sans pour autant la surjouer. Y suis-je vraiment parvenu ? Je n’en suis pas tout à fait sûr. Pour revenir à l’album de Dante, j’ai entendu dire que c’était une édition très limitée et que c’était devenu une sorte de collector. Je suis certain que tu peux demander à ton disquaire de le commander ou le trouver par Google. Essaye « Express Rising » sur Memphix Records.

C’est qui ton producteur hip hop préféré de nos jours ?

Mmmh, mon producteur préféré ? J’en ai tellement. J’aime ce que Kanye a fait cette année. Le dernier Edan est rempli de bons beats. Ant d’Atmosphere fait kiffer tout le monde. The Opus, Alias, Mike Gao, et tant d’autres.

J’ai toujours apprécié le choix de tes samples. Tu peux nous dire la source des samples de « Broken Promises », du premier et dernier track de « Honestly » et de « Uphill Climb », si toutefois c’est publiable ?

Non, désolé, ce n’est pas possible. Mais je te souhaite beaucoup de courage pour les trouver toi-même !

J’ai peut-être tort, mais j’ai l’impression que tous ces samples ont une saveur 60’s / 70’s. Tu as des périodes ou des genres de prédilection pour tes samples ?

Oui, beaucoup des disques que j’utilise viennent des années 60 et 70. Quant aux genres, ça peut être du jazz, du rock, des choses internationales (espagnoles, de Bollywood, etc.), de la soul, du funk. Et même des disques pour enfants.

Je crois me souvenir que tu as participé à la tournée Galapagos4 en France l’an dernier. Comment se sont passés le voyage et cette série de concerts ?

C’était vraiment bien, j’ai adoré. J’adore la France, j’ai hâte d’y retourner. C’était un honneur de voyager comme ça à travers le pays, de faire connaÓtre la musique de Galapagos4 avec ses potes. J’ai rencontré des tas de gens très cools.

Un retour en Europe est-il prévu tôt ou tard ?

Oui, j’espère pouvoir revenir en Europe très bientôt. Pour l’instant, aucune date n’est fixée, mais j’aimerais bien venir avec Glue et des DJs. Dans l’idéal, aussi vite que possible. On pourra tous se rencontrer très bientôt !

Un message final à la France pour clore l’interview ?

Oui, la France… Tu me manques, tes montagnes, tes trains, ton histoire et les gens fantastiques qui se sont occupés de nous quand nous sommes venus. Si vous souhaitez nous faire venir, n’hésitez pas à contacter joshua@montereyinternational.net.

Le site de Glue, c’est www.ramonarecords.com. Vous y serez informés sur ce que nous faisons. Nous y mettons régulièrement de la musique à disposition.

Thanks and god bless.

Propos recueillis par Sylvain Bertot

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *