Loading...
Interview

Ian McCulloch – Interview

 

IAN MC CULLOCH

IAN MC CULLOCH Ian McCulloch est attablé dans les bureaux de sa maison de disque française, il enchaîne interview sur interview et la fatigue et la faim se font ressentir. Comme des collégiens faisant le mur nous échappons à l’enfer de la salle de conférence pour retrouver le bonheur du petit resto où, entre pâtes et moulin à poivre musical, Ian nous apprend qu’il est possible d’avoir 25 ans de carrière tout en étant frais comme un gardon et que Daffy Duck est un invité de choix pour faire les chœurs sur les chansons romantiques.

En ce moment je suis assez occupé. Et ça ne se calme pas en avril puisque je fais les concerts avec Coldplay et aussi un duo avec Jane Birkin. On va reprendre Baby Hold On tous les deux. Elle est géniale, si drôle …

Et qui est-ce qui va sortir ça ?
Ca va être mon second single en Angleterre et ça deviendra un single en France aussi.

Et ensuite ?
Je veux faire une date à Paris après la sortie de l’album mais rien n’est fait pour le moment parce que notre agent n’est pas très sur de lui pour une tournée européenne. Déjà avec les Bunnymen c’était compliqué. Nos fans ne sont pas assez nombreux. En fait, je crois que je vais attendre la sortie du single avec Jane Birkin, faire l’Angleterre, les US et le Brésil et revenir après. Parce qu’en Europe on n’a pas besoin de venir tourner une semaine après la sortie du disque. Le public est suffisamment fidèle pour ne pas dépendre de l’actualité. Et ça permet de rallonger la vie de l’album, les gens connaîtront les chansons et ce single avec Jane relancera les choses.

Le parcours de l’album a été un peu particulier. Il devait sortir sur Jeepster, il devait être produit par Ian Broudie…
Oui, ben en fait, on n’a pas eu de bol. Jeepster s’est cassé la gueule, ce qui est vraiment con parce que c’était un très bon label. Mais le type qui les finançait a décidé de se retirer. Et donc, j’ai dû attendre quasiment un an. Avant ça eux ils m’ont attendu parce que j’étais occupé avec les Bunnymen et puis quand j’étais enfin prêt le label s’est cassé la gueule. Alors, on a donné à Mark six mois pour voir s’il pouvait financer la sortie d’une autre façon et malheureusement ça ne s’est pas fait. Alors, j’ai décidé de le sortir chez Cooking Vinyl puisque je connaissais les types du label, qu’ils étaient prêts à le faire et qu’ils adoraient les démos. Et j’ai fait une chanson avec Ian Broudie, j’ai fait Baby Hold On, mais ça n’a pas marché. Ce n’était pas la faute d’Ian mais c’était trop … c’était trop propret, et Ian le savait et je le savais et je voulais faire … je ne l’aimais pas autant que les démos. Je savais ce que je voulais dans ma tête. Donc j’ai décidé de me lancer avec Chenso.

Donc tu ne voulais pas d’un son trop propre ?
Non, je voulais plus d’espace, je ne voulais pas que ça sonne mal, mais …. Le truc d’Ian était trop commercial. Ca aurait été un hit certain mais ça ne me ressemblait pas.

Donc tu préfères être fidèle a ton son plutôt que de gagner de l’argent ?
Oui, c’est débile mais… oui. Ca ne me dérangerait pas de gagner de l’argent, loin de là mais… (Ian regarde le menu du resto et hésite entre ravioli aux épinards ou des spaghetti carbonara) désolé, on reprend ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *