90s

Garbage

Groupe formé en 1994 par Shirley Manson et Butch Vig (aussi connu comme le producteur du "Nevermind" de Nirvana). Triomphe dès son premier album avec le single à l'intro stéréophonique "Vow". 

Fatima Mansions


FATIMA MANSIONS (& CATHAL COUGHLAN)

> Fatima Mansions: à peine Microdisney s'était-il dissout que Cathal Coughlan laissait libre court à son imagination débordante, trop longtemps bridée par le format pop étriqué de son ancienne formation. Signés sans coup férir sur Kitchenware Records en août 89, les Fatima Mansions (nom trouvant son origine dans un lotissement d'Irlande en état de délabrement avancé) sortent un album dès le mois de septembre. "Against Nature" porte bien son titre. AGAINST, contre tout. On savait Cathal Coughlan parolier énervé et vindicatif, on le sait dorénavant compositeur agressif. Avec l'aide d'Andreas O'Gruama (grimmo), le guitariste, les morceaux de Fatima Mansions sont des concentrés de rancoeur déstabilisants. Les mots signifient le dégoût de Coughlan pour l'hypocrisie bigote qui déchire son Irlande natale, l'impérialisme économique des "grandes Nations" ; la musique soutient ces attaques en ligne par des mélodies abrasives et des riffs de guitares rugueux comme du papier de verre gros grain.

Les critiques adorent. Le public aime mais n'achète pas. "Viva Dead Ponies" suit en 1990 avec le single "Blues for Ceaucescu" fer de lance de cette nouvelle charge contre le monde entier. Les Fatima Mansions s'engagent dans de longues et intenses séries de concert et se forgent une très forte réputation de performers avec Cathal Coughlan en show man parfait et provocateur possédé par son personnage, et soutenu par un groupe tiré à cordeau. Chaque concerts est un événement. Pour se remettre de l'intensité de ces performances Cathal Coughlan tournera en solo et en acoustique ce qui influencera la façon d'enregistrer le 3eme album "Bertie's Brochures". le disque est plus détendu et moins bruyant mais les textes sont toujours aussi torturés et un cover du "Shiny Happy People" de REM vaut à lui seul l'achat de ce disque.

Retour à la normale avec "Valhala Avenue" en 92 et reconnaissance mondiale avec la première partie de la tournée de U2. Bien qu'embarqués dans le cirque géant de U2, les Fatima Mansions ne perdent rien de leur acidité sur scène et volent le show de la bande a Bono. Ils vont même jusqu'à provoquer une émeute à Milan ou après avoir insisté sur la nullité du Foot en général et de la sanpdoria en particulier, Cathal Coughlan scande "Fuck the Pope, I want to fuck your traitor Pope" en se bourrant l'anus avec une bouteille de shampooing à l'effigie de la vierge Marie (qui a dit extrême ??).

Après cette tournée les Fatima Mansions sont au repos, mais Cathal Coughlan, infatigable, se lance dans un second projet du nom de Bubonique et sort un album contenant 1 seule plage de 74 minutes ou tout s'empile, même un classement officiel des meilleures insultes et grossièretés. 1994 voir renaître les Fatima Mansions avec un excellent et ultime album "Lost in the Former West". Moins en colère, Coughlan est devenu cynique et ses nouvelles compositions sont fortement teintées d'humour noir. Apres cet album le groupe sera en sommeil (définitif ?) du fait d'un conflit avec sa maison de disque.

Cathal Coughlan sort un album solo intitulé "Grand Necropolitan" en 1996 où il laisse libre court a ses talents d'écriture en créant 15 histoires courtes illustrées par des musique exceptionnellement calmes et belles.

Gildas


> Discographie :

Fatima Mansion

Against Nature (Kitchenware, 1989)
Viva Dead Ponies (Kitchenware, 1990)
Bertie's Brochures (Kitchenware, 1991)
Valhalla Avenue (Kitchenware, 1992)
Come Back My Children (Kitchenware, 1992)
Lost In the Former West(Kitchenware, 1994)


Bubonique

20 Golden Showers (Kitchenware, 1993)
Trance Arse Volume 3 (Kitchenware, 1995)


Cathal Coughlan

Grand Necropolitan(Kitchenware, 1996)

The Brian Jonestown Massacre

Le groupe d'Anton Newcombe, formé en 1990 à San Franscisco. 

My Bloody Valentine

Classer My Bloody Valentine en rubrique "Vieilleries" revient à avouer que l'on ne croit plus beaucoup à la sortie si souvent annoncée d'un nouvel album. Vingt années depuis "Loveless", dernier album en date, vingt années sans silence pourtant, puisqu'on entend parler régulièrement de MBV : remixes (Primal Scream, Yo La Tengo, Mogwai, Curve, Pastels, Archive...), participation à la compilation de reprises de Wire "Whore", projets parallèles (Experimental Audio Research avec Sonic Boom de Spaceman 3 pour Kevin Shields, Snow Pony pour Debbie Googe, Clear Spot pour Colm O'Ciosoig, Collapsed Lung pour Belinda Butcher)... Les membres de MBV ne sont pas portés disparus. Le groupe en tant que tel pourrait bien l'être.

Et pourtant... My Bloody Valentine naît en 1984. Quelques maxis sans intérêt paraissent, distillant une sorte de parodie des B 52's en plus pop (c'est tout dire). My Bloody Valentine est alors affublé d'un chanteur, Dave Conway, qui ne laissera que peu de souvenirs et qui a pourtant donné son nom au groupe. En 1988 sort "Isn't Anything", avec la formation définitive de MBV (Kevin Shields : guitares/chants, Belinda Butcher : guitares/chants, Colm O'Ciosoig : batterie, Debbie Googe : basse). L'album connaît un succès certain, et laisse entrevoir que MBV a encore beaucoup de choses à faire, et énormément d'idéees à exploiter. Puis paraît en 90 le EP "Glider", première grosse surprise : MBV a inventé un son. "Tremolo EP" puis l'album "Loveless" viendront enfoncer le clou en 1991. Ebahis, on découvre une musique totalement martienne : de longues plages bruitistes sur lesquelles se posent des mélodies magiques, des boucles samplées et passées à l'envers, des sons dont on n'arrive pas à imaginer la provenance... Et, au milieu de ce magma, des chansons, des perles pop qui tiendraient la route même si on les jouait sur un orgue Bontempi ("Sometimes", "Blown a wish"). Des petites mélodies ("When You Sleep", "I Only Said") qui vrillent la tête et ne s'effacent pas avec le temps. "Loveless" a inventé la tristesse souriante, la mélancolie soluble dans l'air, à l'image des quelques clips qui seront tournés : des suites d'images floues, oscillant entre le bleu pâle et le rouge violent, où les membres du groupe sont à peine reconnaissables. Les concerts de MBV sont une expérience assez incroyable pour les auditeurs, et poussent à l'extrême la logique du groupe : témoin le concert de l'Olympia en mars 92, qui s'achève par un quart d'heure de mur du son. Ceux qui auront eu le courage de rester jusqu'au bout (et de perdre trois dixièmes de leur audition) auront eu le bonheur de constater que de tout ce bruit se dégage une mélodie unique, comme enfouie dans du coton. MBV a ouvert une brèche, et ce sera la grande époque de la Noisy Pop. Des imitateurs sans grande imagination aux vrais talents, toute une ribambelle de groupes apparaissent et commencent à former ce qu'on appellera les shoegazers, en hommage ironique à leur attitude scénique la plus courante. Le mouvement s'essoufflera de lui-même, anesthésié par le manque de charisme et de créativité d'une grande part de ses représentants. Reste que le nom de My Bloody Valentine est l'un des rares dont on se souvienne. Reste également que huit ans après "Loveless", cet album est toujours furieusement moderne, et que ceux qui sont tombés sous le charme continuent envers et contre tout à attendre la prochaine manifestation de ce génie imprévisible qu'est Kevin Shields.

Et il en faut, de la ferveur, pour espérer encore. Après "Loveless", My Bloody Valentine s'est enfermé en studio pour accoucher de son successeur. Le moins qu'on puisse dire est qu'il ne sera pas prématuré. Entre les collaborations diverses, et les déclarations brèves à la presse, on aura tout entendu : un album entier aurait été enregistré, mais Kevin Shields aurait décidé de tout recommencer ; 60 minutes de guitares auraient été données à Creation et jugées inutilisables etc. Creation, visiblement plus intéressé par le succès d'Oasis que par les atermoiements d'un groupe incontrôlable et hyper-perfectionniste, a d'ailleurs décidé en 1997 de se séparer d'une des plus belles références de son catalogue. Qui vivra verra, comme dit la sagesse populaire. En attendant, il ne reste qu'à  réécouter "Loveless" pour découvrir à chaque fois quelque chose de nouveau dans cet album qu'on n'épuisera jamais.

Mais pour un peu, on envierait ceux qui ne connaissent pas encore My Bloody Valentine. Parce qu'on donnerait bien toute sa discothèque pour reprendre une claque d'une telle ampleur.

Loik Amis

Discographie :
> ALBUMS
This Is Your Bloody Valentine - 85 / mini LP
Ecstasy - 87 / mini LP
Ecstasy And Wine - 89
Isn't Anything - 89
Loveless - 91

> EP
Geek - 85
The New Record By - 86
Sunny Sundae Smile - 87
Strawberry Wine - 87
You Made Me Realise - 88
Feed Me With Your Kiss - 88
Glider - 90
Tremolo - 91 

Alligator

Alligator est un duo basse/batterie composé de Lisa Duroux et Elizabeth Hargrett. Elles se rencontrent à Atlanta en 2009, sur une tournée. Elles se retrouvent à Lyon quelques mois plus tard et montent Alligator en février 2011. Quelques mois plus tard, elles enregistrent leur première démo avec François Virot. Leur cassette figurent sur les labels Full Beans Tapes et Et mon cul c'est du tofu.

<< Previous | Next >>

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals
»» toutes les interviews