zéro degré - Des Etoiles plein les yeux

25/06/2009, par Christophe Dufeu | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

ZÉRO DEGRÉ - Des Etoiles Plein Les Yeux
(We Are Unique - Le Kit Corporation) [site] - acheter ce disque

ZÉRO DEGRÉ - Des Etoiles Plein Les YeuxZéro Degré, c'est le projet solo de Nicolas Tochet, le bassiste du groupe de post-rock Melatonine et, comme tout projet solo qui se respecte, il se démarque assez singulièrement de son groupe d'origine. Il passe tout du moins d'un groupe qui fait pas mal de bruit à un univers électronique assez calme et minimaliste. Le fondement de sa musique, c'est donc l'utilisation d'une électronique assez mélodique, enveloppante et bien souvent captivante ; sur ce fondement, il pose une voix disant plus qu'elle ne chante des paroles (en français) qui, certes, ne respirent pas la joie de vivre mais collent plutôt bien avec les ambiances installées. Tochet aborde en quelques mots les thèmes de la perte, du renoncement, de l'oubli.

Je ne vais pas vous cacher que ce disque fait débat au sein de la rédaction de POPnews. Alors, oui, cette introduction (une phrase copiée/collée et passée en boucle) peut déstabiliser ; oui, on peut s'agacer de cette voix et de son discours intello-dépressif ; oui, on peut rester froid à ces morceaux qui ne font pas grand chose pour nous réchauffer. Mais finalement, ce n'est pas du tout ce que j'en retiens : on se laisse happer par cette musique souvent plus accidentée qu'elle n'y paraît, par ces répétitions hypnotiques, par ces montées en tension (le post-rock n'est pas si loin) où des cordes s'insinuent parfois ou dans lesquelles des percussions viennent s'écraser. Et à l'écoute de Zéro Degré, plutôt que de songer à la famille Diabologum (souvent évoquée), on a envie de penser aux (excellents) Italiens de Port-Royal et leur électro-post-rock mélancolique (bien qu'un peu plus joyeux). Qui plus est, Tochet réussit à s'entourer de quelques talentueux collaborateurs qui viennent donner à certains morceaux un peu de leurs propres couleurs (même si, encore une fois, on reste plutôt dans la mélancolie). Quelques touches de couleurs sur le bleu-gris d'un disque qui ressemble à la banquise : froid, oui, mais aussi fragile et précieux.

Christophe Dufeu


A lire également, sur zéro degré :
la chronique de "Zéro degré" (2002)

Intro (copier-coller)
Par temps de neige
Le Choix
Les Ecrans
Intermède 1
The Unsung Song (feat. Angil)
Une boule dans la gorge (feat. Le Chapelier fou)
Intermède 2
La Lie de la société
Alone (feat. Cascadeur)
Nos espoirs
Des étoiles plein les yeux

 

Acheter sur Amazon Écouter sur Spotify


les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals