William Hut - Road Star Doolittle

16/07/2003, par Thierry L. | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

WILLIAM HUT - Road Star Doolittle
(Rec 90)

WILLIAM HUT - Road Star DoolittleWilliam Hut a la classe : "ce type doit avoir toutes les femmes du monde à ses pieds" est la première pensée qui m'est venue à l'esprit en écoutant "Road Star Doolittle" ! Chaque titre est un modèle de composition romantique, entre douceur acoustique et grandes envolées lyriques. Et puis William Hut ne fait pas partie de ces chanteurs timorés - je chante parce qu'il faut bien chanter, au fond du couloir - non, William Hut chante vraiment, haut et fort, la voix chargée d'émotion comme Santi tentait de l'enseigner aux candidats de Popstar.

De fait, "Road Star Doolittle" joue, sans passer par le tour préliminaire, dans la catégorie "grands projets pop" et se rapproche de manière évidente des classiques du genre, entre les Flaming Lips et Mercury Rev. Pas mal donc, voire parfait pour le chanteur des Poor Rich Ones ? Pas tout à fait… Ce côté très pro est malheureusement parfois un peu agacant et je me permets d'introduire ici un souvenir personnel un peu désagréable qui me revient à l'esprit à l'écoute de certains titres de l'album... J´ai pu voir Mercury Rev l'an dernier au festival des Inrocks. Une image m'est restée en tête : le chanteur, sur le devant de la scène, la guitare pendue par la sangle, les bras écartés comme des ailes (à la manière de Kate Winsley à la proue du Titanic) dans une chemise très classe, tous les spots sur la position "Johnny au stade de France" et l´équivalent de 5 orchestres symphoniques en trame de fond. Quand William Hut se laisse aller à des grandes envolées dans le domaine de la pop "ailée" (pour filer la métaphore) il devient moins fréquentable et même un peu énervant.

Mais ces dérapages sont largement compensés par des titres inattendus, simples et modestes ; deux petits instrumentaux, respirations courtes entre les grandes plongées orchestrées, deux titres géniaux que l"on pourrait croire écrits par les Tindersticks. Enfin, le dernier titre, ultra romantique, sur lequel chantent également d'autres artistes du label Rec 90 (Even "Magnet" Johansen, Pedro Carmona-Alvarez de Sister Sonny - Espen Mellingen de Ai Phoenix/St Thomas a aussi participé à l'enregistrement), qui aurait pu être le moment le plus imbuvable du disque, prend une coloration nettement plus favorable et sympathique à la lumière de son titre, très deuxième degrè, "Country Hut" !

Ces moments de simplicité ou d'auto-dérision font oublier les quelques dérives du disque et sauvent finalement tout le plaisir que l'écoute de "Road Star Doolittle" peut procurer.

Thierry

Scarlet
Belonging
Bangalore Homecoming Queen
A Better View
Too Many
Dulcinea
The Great Gospel
Pluto
Wood Floors
Doolittle
Country Hut

Acheter sur Amazon Écouter sur Spotify


les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals