Von Pariahs au Bootleg (Bordeaux), le 27/11/2013

04/12/2013, par | Concerts |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

Pour moi, c’est une première. La salle du Bootleg a beau avoir ouvert depuis plusieurs mois, j’y vois mon premier concert. Bons points par paquets, à noter celui-ci : ils servent de la Triple Karmeliet, ce qui ravira ceux qui rêvent en concert d’une bière correcte. Le sol colle, ça sent le rock, mais je m’y sens bien. Mais ce n’est pas tout ça, il y a Jaccuzi Boys qui s’apprête à commencer.

Avec leur pseudo d’acteurs porno, on pouvait s’attendre à tout. En fait, c’est plutôt basique : ils sont trois, ils jouent fort et sale, c’est très bien fait, mais clairement pas ce qui me marque en général. Indéniablement un bon moment donc, avec un guitariste chevelu et tout excité, et des chansons pour la plupart au format garage, soit 3 minutes et parfois moins, avec beaucoup de muscles et peu de subtilité. Le premier rang n’en demandait pas plus.

Von Pariahs

Von Pariahs arrive quelques dizaines de minutes plus tard. Les six prennent leurs marques, se serrent aussi un peu sur la scène bien encombrée d’un clavier généreux, de deux guitaristes, d’un bassiste, d’un batteur et de Sam au chant. Lui se fiche pas mal de se sentir à l’étroit : il est électrique, magnétique, un véritable front leader, présent et charismatique. Il arpente la scène, il est habité par l’énergie impressionnante que ses 5 alliés déploient, avec une section rythmique implacable. Secs, puissants, les morceaux ne laissent pas un moment de répit, car joués avec une conviction de chaque instant. Difficile de résister aux claques que sont “Skywalking”, “Trippin’”, “Nerves”, de ne pas se retrouver électrocuté par “Take Control” : la tension est palpable et ne baisse jamais, savamment entretenue par le groupe très rodé sur scène, et pour autant sans calcul aucun. Les vêtements se recouvrent en effet de sueur, en même temps que le sol de la salle se recouvre de bière, achevant de donner au concert des allures de party décadente. Ce qui ressort aussi de cette heure et demie de set implacable, c’est que Von Pariahs semble équipé pour s’adapter à n’importe quelle taille de scène, n’importe quel public, tant le bagage live du groupe semble conséquent. Les Nantais se placent ainsi à mes yeux dans le top des groupes français live : à surveiller de près donc.

Von Pariahs

Von Pariahs

Merci à Vincent de Yotanka. / Photos : sowat

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals
»» toutes les interviews