Pendant ce temps aux USA... - Nine Inch Nails / The Folk Implosion / Haywood

07/10/1999, par Eric Bensel | Albums en bref |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

Dans ces jours de mercantilisme bien défini par les sondages minutieusement scientifiques qu'est le "Total Request Live" de MTV, la sortie d'un double album (qui n'est ni un "best of" ni un "Jock N Dance Party Mix Extravaganza") est souvent suivi d'un soupir d'exaspération. Pourquoi tester la patience du public qui ne se souvient plus des Backstreet Brittany Spice Sync Boys quinze jours après les Video Music Awards ? Heureusement que nous avons un Trent Reznor (et son projet principal NINE INCH NAILS) pour rendre inutile la formule de l'industrie. The Fragile est, bien sûr, le premier album du "groupe" depuis The Downward Spiral en 1995. Ouais, ce double disc bouillonne avec les mêmes cris perçants, sons grattants et thèmes sombres qui étaient coupables de la naissance des Marilyn Manson et Orgy du monde. Cependant, son néo-gothisme jongle les textures des musiques punk, hardcore, industriel, techno et même classique avec plus d'adresse que tout autre artiste aujourd'hui. Et la qualité de production ici est exquise.

Nine Inch Nails - The Fragile

 

Un jour sans un nouvel album de Lou Barlow est comme une pieuvre sans les huits bras. Vu ses projets féconds de Dinosaur Jr, Sebadoh, Sentridoh, ad nauseum, il est peu surprenant que Barlow bosse aussi chez THE FOLK IMPLOSION. Ici, il préfère la pop aux bordures un peu psychédéliques mais toujours aimables et la rock bien structurée. Disparus sont les murs de distorsion et d'agression de ses groupes plutôt "punk," mais renforcées sont les mélodies popistes et vulnérables de ces mêmes projets.

The Folk Implosion - One Part Lullaby

 

Dans tous les genres de la musique, on se plaint d'un manque de subtilité. Surtout dans le punk et le heavy metal où des Néanderthaliens bourrent leurs instruments de coups brutaux sans émotion réelle. Par contre, les New-YorkaisHAYWOOD comprennent la nécessité de contrôle et contraste. Pop-Punk ? Oui. Emo même ? Ouais, un peu. Comme un Archers Of Loaf moins enroué et âcre, HAYWOOD se cache puis se dévoile coquettement d'un coup et brusquement d'un autre.

Haywood - Men Called Him Mister

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals