Transmusicales de Rennes - Edition 2010 : Lars and the Hands of Light, Egyptian Hip Hop, Beataucue, Manceau, Is Tropical, Concrete Knives, Stromae, Gonjasufi...

23/12/2010, par Judicaël Dacosta et | Festivals |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

(JD) Samedi matin 7h30, le festival s'achèvera pour nous au Museum Café pour une soirée rock assez incroyable avec Oh La La, Corleone et les très attendus Deportivo. Interviewés dans l'après-midi, tous les groupes nous on fait des éloges sur le public rennais. Les concerts venus, on a rapidement compris pourquoi. En attendant la prochaine édition, on termine cette WebTV avec un clip de fin sur une musique de She's a Boy, qui jouait au Sambre samedi.

WebTV #6 - Clap de fin en forme de clip.

(VLD) Et on démarre à l'Aire libre avec le prodige moscovite de Mujuice. Son electro en évolution constante qui invite à lever ses pieds aurait été sans doute plus propice dans un des Halls du Parc Expo qu'ici (une posture intello de la part des programmateurs qui fait flop). On apprécie néanmoins ses beats digitaux et ses mélodies synthétiques qui se concluent dans des torrents bruitistes dont on a perdu le point de départ. La formule tourne cependant en rond devant un auditoire assis. Dommage, le Russe aurait sûrement été l'une des révélations du Festival.

A l'inverse, la structure de la salle sied très bien à Stromae. Assisté de deux pantins claviériste et percussionniste et d'un vjaying absolument impressionnant, le Belge que tout indé grincheux attend au tournant convainc globalement. Autant l'eurodance est un style que j'apprécie comme de manger une côte d'agneau au petit matin, autant la démonstration de Stromae est séduisante. Faisant abstraction des structures mélodiques qui n'emporteront jamais mes oreilles, je m'accroche aux textes qui sont d'une écriture remarquable. A se demander si tous les gens qui ont bougé leurs fesses sur "Alors on danse" ont vraiment perçu le côté absolument désenchanté, parfois même très glauque ("Dodo"), du Belge. Même si je n'ai pas aimé de bout en bout le set de Stromae, son show reste pour moi un des grands moments de cette édition et même de la dizaine de concerts auxquels j'ai pu assister.

Voir l'interview

On court pour voir la fin du set de Matthew Dear, pour apercevoir un set élégant et dense aux ambiances contrastées. A revoir donc. Ne voyant pas trop l'opportunité de rester devant les agitations de Galsamp Killer, on préfère rester devant les gentils Suisses de Filewile qui nous offraient une jolie pop/dub un peu bricolée tenant sur un fil… (A vrai dire, je ne me rappelle plus bien ce qu'ils jouaient mais ils avaient l'air drôlement gentils).

Bon je n'ai jamais aimé Pnau et son electro pop aussi digeste qu'une blanquette de veau au reblochon. Je n'aime pas non plus le personnage de Nick Littlemore. Je n'aime pas les chanteurs qui dansent comme s'il faisaient du step. Et je n'aime pas non plus les groupes qui jouent sur bande. Mais ce serait de mauvaise foi de ne pas modérer cette opinion tant les Australiens ont fait chavirer le Hall 9.

Pnau

Et c'est alors là qu'on essaie de jouer son homme de l'art devant un auditoire confiant, en affirmant que non le concert qui vaut le coup ce soir c'est Gonjasufi. Et la déception est à la hauteur des espoirs. Autant les constructions de l'album restent fascinantes, autant le concert laisse froid et me plonge vite dans l'ennui. S'ensuit donc une course effréné pour trouver un bon concert mais on ne peut rester que deux minutes devant la folk pop geignarde des Suisses de Mama Rosin, le mix épuré et un poil nigaud du montréalais A-Track avant d'affronter les trop grosses basses de Teenage Bad Girl. Un replis tragique à la buvette s'impose.
On ne regrettera pas d'être resté car les Colombiens de Bomba Estereooffriront la bonne note finale du festival. Alors que je m'attendais à un groupe qui s'accrocherait à son tube ("Fuego") dans un flot de morceaux ineptes, les Bomba Estereo attisent des brûlots de cumbia/electro/hip hop pendant tout le set.

Bomba Estereo

 


Photos : Steve le Mentec
Merci à VideoTrack, qui a réalisé cette WebTV, de nous avoir permis de reprendre ces vidéos sur POPnews. Pour plus d'infos, rendez-vous sur leur site
Merci aux Transmusicales. 

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals