Transmusicales de Rennes - Edition 2010 : Lars and the Hands of Light, Egyptian Hip Hop, Beataucue, Manceau, Is Tropical, Concrete Knives, Stromae, Gonjasufi...

23/12/2010, par Judicaël Dacosta et | Festivals |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

Jeudi 9 décembre

(VLD) Mes Transmusicales débutent avec les Danois de Lars and The Hands of Light et leurs mélodies soul/pop accrocheuses. Le quintet assure un set qui a l'air de passer au dessus d'un public clairsemé. Le set, peut-être trop lymphatique est pourtant convaincant et indique que Lars & The Hands of Light a bien plus que son tube "Me Me Me" dans son sac. On poursuit avec le populeux The Phenomenal Handclap Band, adepte de mélodies prog/soul et funk qui sentent bon la fin des 70's. Peut-être arrivé à un moment plat du concert, je n'assiste qu'à une version instrumentale et un titre chanté en portugais qui m'invitent à aller écouter les gamins de Egyptian Hip Hop. Ces jeunes Mancuniens s'inspirent du background musical de leur ville d'origine et des Cure pour nous offrir des titres saisissants ("Moon Crooner", "Wild Human Child" ou encore les pichenettes de "Rad Pitt"), interprétés parfois de manière malhabile mais toujours éloquente. On espère donc revoir rapidement la bande (et les chemises parkerlewisienne) d'Alexander Hewett.

Egyptian Hip Hop

Ces Anglais sont sans doute moins flamboyants que Funeral Party mais leurs morceaux resteront plus dans la tête que le rock finalement très classique des Américains. Chad Elliott en fait des tonnes et me fait penser à un Cedric Bixler (At The Drive-in) qui s'agiterait beaucoup pour pallier à un manque d'inspiration. J'assiste aux derniers titres du pas très charismatique mais efficace duo de Beataucue. Malgré leur patronyme paillard, le set des deux Français est catchy et leurs mix sont à la fois pertinents et entraînants. Cette première soirée se conclut pour moi avec le dubstep de Magnetic Man handicapé par un raggaman qui scande leur nom et demande au public de se bouger pour essayer de donner un peu de chair à cette musique electro industrielle, en vain.

(JD) Pour cette deuxième vignette des Bars en Trans, place au live avec le groupe parisien Eldia. Il jouait au Dejazey, bar tout en longueur, pas facile d'accès une fois le concert commencé car celui-ci à lieu dans la petite salle du fond. Il faut donc traverser un long couloir, noir de monde, qui longe le zinc, pour ne rien arranger. Originalité du lieu, il faut passer sur la scène pour accéder aux toilettes, les vessies les plus pleines auront donc droit à leurs 15 secondes de gloire, si chères à Andy Warhol.

WebTV #2 - Eldia live au Dejazey - Jeudi 9 décembre.

Voir la chronique de "Yayaya"

La chanteuse Mesparrow, originaire de Tours, nous fait l'honneur après son concert à La Place, de nous rejoindre dans l'appartement dans lequel nous avions improvisé une salle de montage. Nous avons ainsi pu faire une interview au calme, dans laquelle elle revient sur son concert et l'ambiance des Bars en Trans.

WebTV #3 - Focus sur Mesparrow - Jeudi 9 décembre.

Philippe Le Breton est l'un des programmateurs des Bars en Trans, avec son complice Bruno Vanthournout. Il nous en dit plus sur ce que sont les Bars en Trans et détaille une partie de la programmation dans les loges du bar Lulu Berlue, lieu dans lequel se déroule chaque jour le tremplin SFR Jeunes Talents. WebTV #4 - Interview de Philippe Le Breton, co-programmateur des Bars en Trans. Jeudi 9 décembre.


les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals