The Jim Jones Revue - Bordeaux, la Rock School Barbey, le 11/11/2010

15/11/2010, par | Concerts |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

THE JIM JONES REVUE - Bordeaux, La Rock School Barbey, Le 11/11/2010

Il y a un an, le gang anglais avait déjà fait forte impression, et les voilà qui repassent dans la capitale girondine. Dans le cadre du festival Novart (festival d'art et de création contemporaine), c'est donc la Rock School Barbey qui accueille The Jim Jones Revue, venus défendre leur dernier album "Burning Your House Down".

La première partie a été confiée au groupe The Heartbeeps, honorable groupe local qui donne dans un rock garage joué à fond de train, quasiment sans respirer (et sans parler entre les chansons). Une entrée en matière sympathique.

Heartbeeps

La salle a fini de se remplir quand les cinq montent sur scène, tous bien lookés et visiblement en excellente condition physique. Et Jim n'est pas en reste, puisque dès le départ, il rugit comme un beau diable avec un "Hey Hey Hey Hey" qui fait basculer le concert dans un déluge de rock'n'roll jouissif, qui emporte tout sur son passage parce que joué à fond les ballons, parce qu'empreint d'une sincérité et d'un investissement totaux. Ils ne s'économisent pas, le public non plus : les nouveaux titres, "High Horse" et "Dishonest John", frappent les esprits et mettent le public en transe, quand "Killin' Spree" et "Burning Your House Down" montrent la facette de diable rock de Jim Jones.

The Jim Jones Revue

Le chanteur est réellement impressionnant dans son investissement, sa façon d'habiter ses chansons, de jouer avec le public (il s'est fait porter par celui-ci) et de toujours être à fond. Aucun moment faible : le groupe est toujours dans le rouge mais toujours en contrôle. "512", issu du premier album, le prouve bien. A la guitare, Rupert Orton glisse des riffs furieux, quand la section rythmique joue le rôle de la locomotive de ce train infernal. Elliot Mortimer, qui tourne à moitié le dos au public, se charge quant à lui de jouer sur son piano comme s'il était branché sur du 10 000 volts. Mais malgré une débauche d'énergie incroyablement intense, qui s'est aussi retrouvée dans le public (chapeau à la jeune fille qui a dégobillé en plein set), le quintet est revenu jouer deux fois, avec un ultime rappel du tonnerre : "Elemental" (hurlé avec le public) et "Princess & the Frog". Après tout ça, ils ont eu la classe de tous venir au stand de merchandising pour signer cds et vinyls. La grande classe, à tous les niveaux.

The Jim Jones Revue

 

 

Mickaël Choisi
Photos par Seb So-What.
Merci à la Rock School Barbey et PIAS.


A lire également, sur The Jim Jones Revue : 
la chronique de "Burning Your House Down" (2010)
la chronique de "s/t" (2009)

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals