The Burning Hell – Revival Beach

29/11/2017, par | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

The Burning Hell - Revival Beach

On ne sait pas trop comment on a pu passer à côté de ces charmants Canadiens, maîtres en storytelling et en rock débraillé too cool for school. Une voix masculine au faux-airs de David Berman, du bouzouki et de la clarinette basse (on n’est pas potes avec Stanley Brinks pour rien), et le tout dans une tambouille pop qui doit beaucoup-beaucoup aux premiers Silver Jews. On pense aussi aux divins mais trop rares Piltones de Brian Piltin de la vague antifolk.

On croise sur la "Revival Beach", décidément bien peuplée, des bouddhistes rigolos, des espions nazis, des trolls internet, des docteurs ultragauchistes, ou des fonctionnaires chinois, entre autres. Il y est aussi question de beuveries et de fêtes post mariage. On frôle même le concept album par endroits (ces instrumentaux revivalistes, la récurrence du mariage) mais toujours avec humour et légèreté (ah ces indienneries dans le funky pop "Canadian Wine"). Pour s’en convaincre, on glissera jusqu’au tube pavementé de bonnes intentions pop "The River (never Freezes Anymore)" ou "Nurse & Patient", qui devrait permettre à Jens Lekman de retrouver son inspiration s’il jette les esgourdes sur cette petite pépite. On recommande le délicat et amoureux "Dont’ Believe The Hyperreal" paru en 2015 des mêmes Ariel Sharratt et Mathias Kom (pochette géniale qui plus est et qui touchera au cœur les plus de trente ans). The Burning Hell : nos nouveaux chouchoux.

Avec l’aide Johanna D., sans clarinette basse.

Acheter sur Amazon
  1. Friend Army
  2. Race to Revival Beach
  3. Nurse & Patient
  4. Canadian Wine
  5. The Troll
  6. Arrival at Revival Beach
  7. The River (Never Freezes Anymore)
  8. The Babysitter
  9. Mr. Sensible
  10. Survival at Revival Beach
  11. Minor Changes
  12. The Last Night
  13. Supermoon

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» toutes les interviews