Superpitcher - Kilimanjaro

02/11/2010, par Christophe Despaux | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

SUPERPITCHER - Kilimanjaro
(Kompakt / Module) - acheter ce disque

SUPERPITCHER - Kilimanjaro"Friday night, and I'm not dancing !" geint et re-geint Aksel Schaufler sur "Kilimanjaro", le second album de cette éminence même plus grise de Kompakt. "Kompakt ?," s'étonne Karnassier le lecteur poppinet, "cette Pléïade électro avec que des disques au groove Colette, du papier peint haut de gamme pour défilés happy people ?" Eh oui, j'en suis là... Oui ou plutôt non (je viens juste de finir ma soupe de légumes tout sauf fooding). Comme dit plus haut, Superpitcher ne danse qu'à l'occasion : c'est pour le meilleur "Rabbits in a Hurry" et ses percussions "I Zimbra" millésimés 1979, ou l'hypno-codéïné "Black Magic" avec un chanteur mexicain, Rebolledo, qui nous susurre à l'oreille comme Papa Lazarou de "The League of Gentlemen" pour assouplir notre pudeur virginale (googlisez, ça vaut le coup). Le pire vite identifié, un interminable "Country Boy", sucré comme un remix tout public du "Behind The Wheel" de Depeche Mode, restent les recalés du dance-floor, peut-être la patte la plus habile de Schaufler. Le son Superpitcher se reconnaît à son déroulé suave mariant l'acoustique et l'électronique. L'inaugural "Voodoo" joue la carte d'un très distingué dub panoramique, et les rivages pop sont même abordés avec le touchant "Joanna", tout à fait dans l'esprit "bleus à mon myocarde" du premier album "Here Comes Love". Plus surprenant, "Give Me My Heart Back" fait penser à un vieux The The période "Dusk" - à cause, notamment, de la voix filtrée assez inquiétante. Il est vrai que l'organe du sieur Schaufler (celui qui émet les sons, hein ?) est un peu le point faible de Superpitcher : aigre-doux, pincé, une variante sinusitée de Kurt Ralske (remember... Ultra Vivid Scene), l'un de mes chanteurs préférés avec qui il partage une blondeur au bol choupinet. Grosse différence : Ralske pouvait me rendre fous avec deux chuchotis ("A Dream of Love", l'un de mes musts secrets), là où Schaufler sombre parfois dans la romancette maniérée. Malgré tout, si "Kilimanjaro" n'est ni un cap, ni une péninsule, il est un très plaisant pic pour les vendredis soirs et autres jours de la semaine.

Christophe Despaux

acheter ce disque


Prelude
Voodoo
Country Boy
Rabbits In A Hurry
Friday Night
Moon Fever
Give Me My Heart Back
Who Stole the Sun
Black Magic
Joanna
Holiday Hearts

 

Acheter sur Amazon Écouter sur Spotify


les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals
»» toutes les interviews