Suburbia - We are from…

22/01/2003, par mr modular | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

SUBURBIA - We are from…
(Kwaidan Records / Poplane) - [site]

SUBURBIA - We are from…Suburbia, c'est une histoire d'ex. A ma gauche, Alex, ex-Spring. A ma droite, Marc Collin, mercenaire qui fut notamment ex-Indurain et ex-Ollano (souvenez-vous du single "Latitudes" chanté par Héléna Noguerra en 1996). Au centre, Suburbia, ex-tube des Pet Shop Boys. Et devinez à qui s'adresse ce disque ? : aux ex-fans des eighties électroniques ainsi qu'aux futurs fans des eighties qui ne se connaissent pas encore. Décidément, les eighties are back, faudra vous y faire.
De l'électro-pop qui n'oublie pas les guitares et les basses qui bondissent, voilà comment résumer ce disque vraiment entraînant. De toutes façons, il est impossible de ne pas se laisser emporter par "We are from" car cet album est encadré par deux tubes potentiels terribles. Tout d'abord "Unsatisfaction" qui donne imparablement envie de danser, n'importe quand, n'importe où : devant son ordinateur en écrivant une chronique pour POPnews, dans la Clio en allant au boulot le matin, en rentrant du boulot le soir, au rayon légumes du supermarché. Et aussi "Nightfall" ou comment dynamiter "Like a motorway" de StEtienne par la rythmique toujours verte de "Blue Monday". D'ailleurs peut-être aurait-il été plus juste d'intituler ce morceau "Blue motorway" (mais ça n'aurait pas été sympa pour ceux qui se gèlent sur l'autoroute ces jours-ci) ou "Like a Monday" (mais le poète Shaun Ryder risquait de se taper l'incruste avec son E frelatée).
Toutefois Suburbia ne grille pas toutes ses cartouches avec ces deux titres. Entre les deux, Alex et Marc Collin plantent d'autres banderilles électro-pop ("Lovers in wonder" ou encore "Disaffected") et savent s'aménager quelques moments plus calmes (le magnifique bossaïsant "Sleeping out"). Outre les arrangements et les bases rythmiques, l'efficacité des titres de cet album doit beaucoup à la voix d'Alex. Parfois, avec Spring, cette voix timorée pouvait provoquer quelques haussements d'épaule parce que, justement, elle se mariait de manière trop évidente avec la pop timide de Spring. Cette fois, la voix d'Alex est toujours un peu timide et en retrait mais surtout diablement coquine et donc, par contraste, exerce un terrible pouvoir d'attraction.
Impossible de terminer cette chronique de "We are from" sans évoquer l'ombre de New Order qui plane sur tout ce disque. Mais une partie de New Order seulement, le New Order de 1982-83 pour être précis. Deux années fragiles pour les Mancuniens (selon moi les meilleures du groupe), entre synthés post-glaciation new-wave et appropriation fébrile mais lumineuse de l'électro. Cette époque où les Mancuniens donnaient souvent l'impression de se laisser doubler par leurs propres machines (écoutez des versions live de ces années-là de "Blue Monday", "Temptation" ou "Confusion" et vous comprendrez ce que je veux dire).
Après tout, dès 1983, d'autres Mancuniens, les Smiths, recyclaient avec bonheur le meilleur de la pop sixties. En 2003, quoi de plus logique que Suburbia recycle à son tour admirablement la pop électronique des eighties ? Bon, pour rester in, faudrait que je remette la main sur mes 45t de Baltimora et de Topo & Roby.

mr modular

Curiosity killed the cat…
Unsatisfaction
Broken windows
Lovers in wonder
Out of junctions
Disaffected
Metal sky
Sleeping out
Nightfall
… winter tenderness

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals