Il y a des différences, cependant. La plus évidente, qui semble unir l'ensemble du RVIDXR KLVN et ses affiliés, c'est cette passion pour le son noir et crade d'une époque à laquelle plusieurs de leurs mixtapes font nommément référence, ce sont ces emprunts à l'imagerie morbide du Three 6 Mafia et du Memphis rap d'il y a 15 ans ou plus, augmentés d'un soupçon de lenteur codéinée dénichée du côté de chez DJ Screw. Cette spécificité, SpaceGhostPurrp se l'approprie sur Mysterious Phonk. Mais il a aussi le mérite de l'affiner, de l'enrichir, de la personnaliser. Il y développe son personnage, sa voix, sa singularité.

Ce premier véritable album a beau être, pour une bonne part, une compilation d'anciens titres distribués sur mixtapes, remixés, nettoyés, dégrossis, débarrassés de leurs scories, il est d'une extraordinaire consistance. Il démontre que le rappeur de 21 ans, auteur des textes comme des beats, a de la suite dans les idées. Tout du long, c'est la même atmosphère sépulcrale, opaque et claustrophobe, assez proche du 4AD gothique des débuts, en fait; une ambiance effroyablement poisseuse, rendue plus pesante encore par la présence récurrente de paroles répétées à la manière de mantras ("Bringing the Phonk", "Get Yah Head Bust", "Grind on Me", "No Evidence", "Don't Give a Damn", etc.), de douloureux cris de jouissance féminins et d'un style de rap tout en susurrements.

Aucun titre ne surclasse vraiment les autres. Seuls quelques-uns se distinguent, "Mystikal Maze" par exemple, "The Black God", et le bien nommé "Elevate", où le rappeur abandonne quelques temps les murmures pour un rap plus soutenu. Mais c'est précisément le grand atout de ce Mysterious Phonk étouffant et hypnotique, qui ne révèlera sa vraie saveur qu'à ceux qui se donneront la peine de s'y immerger. D'être exactement ce qu'aucune sortie officielle ou officieuse d'Odd Future n'a été : un bel objet, un vrai concept album, un disque à écouter et à goûter en entier, pour de bon, comme le rap sait si peut en faire. En plus, pourquoi pas, des premiers pas sous la lumière d'un futur grand du hip-hop.