Singles - Tokyo/overtones, Wok, Frigo

27/02/2002, par Guillaume Sautereau | Singles en bref |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

SINGLES - par Guillaume

TOKYO/ OVERTONES - The Polar E.P.TOKYO/ OVERTONES - The Polar E.P.
(Cosmosonic / United Music company)
Rares sont les groupes pouvant se targuer, dès leurs débuts discographiques, de posséder une telle classe. On savait depuis les premières maquettes parvenues à nos oreilles que les normands possédaient un style et des chansons, restait à savoir comment ils allaient parvenir à exploiter tout ce beau potentiel. Ce premier E.P. répond bien à la question, par son fourmillement d'idées bien canalisées, sa puissance émotive sans racolage, ses références multiples dont aucune n'est encombrante. Six titres entre rock, pop et électro, un équilibre parfaitement trouvé avec une voix ensorcelante et distinguée - entre Morrissey et Martin Gore/Dave Gahan (Depeche Mode) - comme fil rouge pour une réussite d'emblée. Chapeau bas, d'autant plus que que transparait à l'écoute de "Out" - tube racé et ravageur, "Then" - superbe ballade mélancolique et longue en bouche - ou "Polar E.T." - autre tube - un potentiel impressionnant, que ce soit pour la scène ou sur de futurs disques, qu'on attend de pied ferme. On en connait de moins prometteurs qui auraient déjà fait la couverture du NME deux ou trois fois.

WINTERBRIEF - Guitar Guitar SingleWOK - Over
(Lotus Production)

Les deux premiers titres de ce maxi sont bien , franchement. Voix de fille qui se tortille (la voix, pas la fille, encore qu'on ne sait pas), guitares qui défouraillent sporadiquement, ambiances soignées. On se dit que dans ce Wok là se cuisinent de très bons petits plats avec des restes de rythmiques eighties, de guitares furibardes et un ou deux poils de PJ Harvey. Puis arrive le troisième morceau de ce maxi, et son introduction impressionnante (guitare tranchante, violon serpentant, basse lourde) sur laquelle survient bientôt une ligne vocale à la Liz Frazer. Et même si le morceau s'embourbe un peu sur la longueur de ses sept minutes, "Here I Was" fait un effet boeuf. En demie-teinte, le groupe se contente de confirmer sobrement sur un "My Lover's Smile" où l'on repère également quelques guitares échappées de "Garlands"... avant de conclure sur, heu... un bruit caché ? Un très bon début en tout cas... so... take a wok on the wild side ! (pas pu m'empêcher).
Contact : Wok, 26 rue Gatien Arnoult, 31000 TOULOUSE, 05 62 23 84 53.

FRIGO - Hot SongsFRIGO - Hot Songs
[site]
Restons dans la cuisine avec Frigo... Dans ce réfrigérateur, on trouve là encore de très bons restes, des rythmiques un tantinet eighties, des guitares plombées, un chanteur qui époumonne sa folie spongiforme bovine ("Mad Cows"), tout cela parfois aux frontières d'un emo-hardcore d'opérette, mais toujours du bon côté de la ligne, c'est important. Le bon goût et l'exubérance l'emportent donc tout au long de ces six titres qui évoquent parfois les Pixies (l'intro de "Monkey Factory"... is gone to Heaven?) ou les cabrioles vocales de Life Without Buildings, entre autres références plus évidentes style "post rock vraiment rock un brin expérimental". Au final, malgré quelques dérives bruitistes un peu gratuites, Frigo réussit à faire du plutôt subtil dans un genre qui ne l'est d'ordinaire plutôt pas, qui plus est sans sentir le réchauffé, ce qui n'allait pas de soi pour de la musique sortant d'un Frigo (et oui, je me lache).

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals