Singles - Baptiste - S. - Kings Of Convenience - Sparklehorse

18/07/2001, par Gildas | Singles en bref |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

SINGLES - par Gildas

BAPTISTE - Kissing with your eyes openBAPTISTE - Kissing with your eyes open
(Linear Records/Cargo) [site]
Les Tindersticks pour l'atmosphère, les Go-Betweens pour le talent mélodique, Jesus and the Mary Chain pour l'énergie et les Pastels pour la rythmique et la voix. Il semblerait que les plus belles fées indie pop se soient penchées sur le berceau de Baptiste. Il n'est donc pas étonnant qu'une rumeur grosse comme ça (et pleinement justifiée à l'écoute de ce ep) les précède. Si les 2 premiers ep lorgnaient un peu plus du côté mélancolique des choses "Kissing with your eyes open" a tout sauf le nez sur ses lacets. Ça démarre à cent à l'heure sur les airs de Moose et ça finit tout aussi vite dans un délire sonique pas piqué des hannetons. Jouissif de bout en bout, ce ep est le parfait accompagnement d'une virée à la plage ou le parfait antidote au blues des collègues qui partent en vacances en vous laissant seul au bureau. Single estival par excellence. A suivre de très très prêt.

S. - Une liaison SuburbaineS. - Une liaison Suburbaine
(280 communication) [site]
Rencontrée dans les méandres du net la bande de S. continue son petit bonhomme de chemin à un train de sénateur. Après une démo remarquée et avant un album certainement remarquable voici donc un ep 4 titres présentant en Technicolor les tranches de vie des sudistes. Chacune des 4 chansons joue sur le côté "ça c'est passe près de chez vous" entre phrasé lent, presque parlé et mise en musique toute en déhanchement électro. Les textes en français sont d'un humour ravageur et S. a peaufiné sa musique mi-acoustique mi-électro. Ibiza (ici en version démo) sera sans aucun doute l'un de mes tubes de l'été.


KINGS OF CONVENIENCE - FailureKINGS OF CONVENIENCE - Failure
(Source)
Nouvel extrait de l'inépuisable "Quiet is the new Loud", " failure " est destiné a devenir l'hymne de tous les boutonneux champions de l'autodépréciation. Comment peut-on faire mieux dans le style que "failure is always the best way to learn, have no fear your wounds will heal" ? Simple, efficace et qui plus est, magnifiquement illustré par deux guitares acoustiques, une trompette à la Pale Fountains et des violons brillants. Ce titre est parfait dans cette version réarrangée pour la sortie du ep. " The Eternal " (un cover de Joy Division par "Skog" l'ancienne forme des Kings of Convenience, quand ils chantaient encore en norvégien, est plus anecdotique surtout du fait de la voix mal maîtrisée. " Free falling ", par contre, repris en chœur par le public romain, est saisissant et éclaire ce titre MOR d'un nouveau jour... A quand un revival Tom Petty ?

SPARKLEHORSE - Gold Day epSPARKLEHORSE - Gold Day ep
(Capitol Records)
Lent, c'est lent, très lent, tellement lent que ça a déjà commencé et qu'on ne l'a pas encore réalisé. Dans le silence, un grésillement discret marque le début de "Gold Day" ballade alt-country romantique et rétro joliment troussée par Mark Linkous l'une des plus belles gueules cassées du rock. La belle Nina Persson (Cardigans) accompagne très discrètement la bête et donne à cette chanson fragile un côté conte de fées. Pour le reste du ep (4 titres pour 20 minutes) Linkous étire la formule de base de " Gold day " (batterie monotone, voix trafiquée et assourdie, cordes planantes et bruitage lent et étonnant) et distord l'espace temps. Entre répétitions, boucles ralenties et samples spatiaux la langueur du sud s'installe... Déjà l'heure de la sieste.

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals