Shannon Wright - Let In the Light

26/04/2007, par David Dufeu | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

SHANNON WRIGHT - Let In the Light
(Vicious Circle / Wagram) [site] - acheter ce disque

SHANNON WRIGHT - Let In the LightUn peu vite cataloguée écorchée vive de service, notamment après le brillant "Over the Sun" Shannon Wright revient avec ce "Let In the Light ", prouvant que les grands artistes lo-fi ne se servent de cette étiquette que pour mieux la dépasser. Aucune pose indie ici ; alors que l'on pouvait apercevoir un virulent message anti-mainstream dans ses précédents albums, une volonté affichée de refuser le compromis et la propreté d'un son sans doute jugé trop neutre, sur ce nouvel album, nulle trace de cette revendication indie qui fit la réputation de l'Américaine. Bien au contraire, le piano prend ici beaucoup de place, et la guitare se fait franchement plus discrète. Vous l'avez compris, "Let In the Light" va vite être qualifié d' "album de la maturité". Horreur et damnation ! Le piège de l'apaisement, l'écueil de l' "Aboutissement Artistique" avec deux grands A. Sauf que là, ce n'est pas le cas, tout simplement parce que Shannon Wright ne s'est jamais contentée d'une attitude formelle, ou d'une mise en son spécifique, mais qu'elle est - et elle le prouve ici - une artiste à part entière, et que ses compositions se satisfont à merveille de cette sobriété. Sobriété toute relative cependant, puisque l'album recèle une densité instrumentale bien réelle : on retrouve d'ailleurs une batterie qui reste toujours très rock, et cette guitare distordue, qui, quoique plus occasionnelle, vient ponctuer les morceaux toujours à bon escient. Voilà qui contentera les puristes nostalgiques de Shannon première période, qui d'ailleurs seront comblés par le très PJ Harvey "Don't You Doubt Me" – on n'échappe pas à ses références...
Mais ce dépouillement révèle surtout les qualités intrinsèques des compositions de la folk-rockeuse, dont la vivacité atteint au moins le niveau de ses albums précédents : la voix, d'une profondeur tragique constante, illumine des compositions toujours inspirées, qui refusent la facilité tout en affichant une évidence mélodique tantôt légère (en ouverture, la ritournelle "Defy This Love", ou le quasi-hymne final "Everybody's Got Their Own Part to Play"), tantôt dramatique ("They'll Kill the Actor in the End"), limpide et émouvante de bout en bout.

David Dufeu

Defy This Love
St Pete
You Baffle Me
Idle Hands
When the Light Shone Down
Don't You Doubt Me
In the Morning
Steadfast and True
They'll Kill the Actor in the End
Louise
Everybody's Got Their Own Part to Play



Acheter sur Amazon Écouter sur Spotify


les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals