Scalde - Poperetta

28/07/2006, par Aurélien Gaidamour | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

SCALDE - Poperetta
(UMF / Discograph) [site] - acheter ce disque

SCALDE - PoperettaDifficile de ne pas succomber au charme tout en finesse du nouvel album de Scalde. Omniprésent sur la scène pop lyonnaise (comme producteur, arrangeur, DJ et musicien), il passe, à une plus large échelle, en pleine lumière avec le très réussi "Poperetta" et ses constructions electro-pop aérées, envoûtantes, à la fois délicates et fermes. Immédiatement, on se laisse délicieusement entraîner dans cet univers d'un raffinement rare, qui conjugue avec élégance la clarté des mélodies et la précision des arrangements - lesquels s'imposent avec la force de l'évidence - au mystère d'une atmosphère énigmatiquement dense, et souvent plus trouble qu'il n'y paraît.
À chaque écoute, l'album dévoile en effet de nouvelles richesses, et l'on aperçoit petit à petit les nombreuses nuances de ce paysage mouvant qui rêve d'ailleurs et d'inconnu. Si les références convoquées peuvent parfois laisser craindre l'étouffement (on pense souvent à Björk, notamment sur "What Heredity Is", ou à Depeche Mode sur "Virgin Places"), Scalde sait éviter les pièges de la citation trop franche ou tape-à-l'œil et parvient finalement à tenir ses modèles à distance - et en respect. "Poperetta" est à ce titre un disque lumineux de maîtrise et d'équilibre. Les morceaux se déploient avec grâce pour donner forme à une rêverie personnelle et modeler des émotions originales ("Ravin'"). Les lignes mélodiques et les paroles sont autant convaincantes en anglais qu'en français, et un solide intermède orientalisant (ambiance Georges Harrison sans LSD), "Les Eaux profondes", vient ouvrir les perspectives, sans entamer la cohérence de l'album, qui se referme sur un "My Ambassador" funambule.
Peut-être pourra-t-on reprocher à "Poperetta" sa (relative) brièveté : un ou deux titres supplémentaires auraient été les bienvenus. De plus, la voix de Scalde, volontairement en retrait, gagnerait sans doute à s'affirmer davantage. Mais c'est vraiment chercher la petite bête... Et ces réserves, mineures, ne doivent pas masquer l'essentiel : "Poperetta" est un disque réussi.

Aurélien Gaidamour

Poperetta
Virgin Places
Ravin'
What Heredity Is
Les Eaux profondes
Fear of a Fly
Ominous
My Ambassador


les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals