S K R I E T - Det beslutande organet

album de la semaine du 17/01/2012, par | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

S K R I E T - Det beslutande organet

C’est un cri, c’est un chant, c’est aussi le désert et le vent. S K R I E T (prononcer "Skriète" et entendre "Le Cri") est un duo qui fait grand bruit ici (en Suède) et qui est vendu comme l’alliage précieux entre Joy Division et Spacemen 3. Oui, effectivement, il y a de cela. D’abord, un fond gris, caverneux, précisé par des tambours sourds, pas ou peu de cymbales et autres fioritures. On retrouve les bienfaits de la consigne de Kate Bush à son batteur pour l’enregistrement de "Hounds Of Love" : "I want drums not cymbals". Puis il y a les guitares a priori inconvenantes dans cette atmosphère de désolation, psychédéliques sans être démonstratives mais, tour à tour, clairettes, réverbérées ou criardes, souvent au ralenti sinon par la prise de psychotropes, au moins par l’écoute attentive et recueillie des principes du prochainement béatifié Pete Kember. Et puis, il y a le chant : traînant, malaisé, se dressant sur ses petits pieds comme si on devait lever des skinny fists like antennas to heaven mais dans un coin de la chambre. Oui, il y a aussi un peu de post-rock dans ce cri forcément rentré : on n’appelle pas son album "L’Organe de décision" (ou le Conseil d’Administration) pour rien. En tout cas, on flotte dans différents parfums avec S K R I E T : une basse Joy divisionesque et un tom bass à la Moe Tucker se frottent à une clarinette dans "Stanny Price" et le résultat n’est pas sans rappeler les délicieuses fragrances des "Fleurs" de Silvain Vanot sur son album "Bethesda".

Un piano Satien sur "Det Beslutande Organet" rappelle le meilleur de ce que Sylvain Chauveau a fait du post-rock : quelque chose de doux et sensible et capable (cependant ?) de contenir autant de rage que les déflagrations de guitares canadiennes.

Il y a aussi des tubes comme "Predikament" et "Händerna i Munnen", qui pourraient remplir les promesses que Wu Lyf n’a pas tenues. "Händerna i Munnen", avec ses tambours basses, sa lente montée, ses guitares comme autant de pépiements d’oiseaux est prolongé par l’instrumental en montagne russe, "Oceandåren". "L---Y" fait soudainement écho à "Stanny Price" : on est bel et bien pris dans un curieux labyrinthe de thèmes.

Point d’orgue de l’album, le poignant "José Delgado" (ne pas confondre avec Pedro, le champion dopé du Tour de France cher aux Delgados), fantaisie musicale et rêverie poétique dédiée à l’inventeur des puces cérébrales capables de déclencher le plaisir comme de contrôler des corps humains à distance. Tout un programme quoi… A quoi rêvent les moutons mécaniques, se demandait l’autre. A quoi rêve José Delgado, répondent les membres de S K R I E T. On est bien tenté de laisser les cauchemars de la vie de tous les jours pour rejoindre "Det Beslutande Organet" et se faire tripoter longtemps l’hypophyse par ces nouveaux amis. Et c’est un cri du cœur… non téléguidé.

Avec l'aide de la présidente du conseil d'administration et co-rédac' chef, Johanna D.

Acheter sur Amazon Écouter sur Spotify


  1. Glömska och åska
  2. Ett hål i sommaren
  3. Vad skulle vi gjort
  4. Det beslutande organet
  5. Stanny Price
  6. Predikament
  7. Händerna i munnen
  8. L---y
  9. Halv elva en sommarkväll
  10. José Delgado
  11. Bill

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals