Roma Di Luna - Face of my Friends

09/02/2007, par Sylvain Bertot | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

ROMA DI LUNA - Face Of My Friends
(Autoproduit) [site] - acheter ce disque

ROMA DI LUNA - Face Of My FriendsAlexei Casselle est un homme plein de ressources. Pendant des années, il a été membre d'Oddjobs, l'un des groupes les plus emblématiques de l'underground hip hop du Midwest, avant de réinventer le rap tout entier au sein de Kill The Vultures et de livrer avec "The Careless Flame" l'un des disques les plus singuliers et les plus recommandables de l'an passé. Mais celui qui se fait appeler Crescent Moon quand il rappe ne s'arrête pas là. Il ne se limite pas au registre hip hop, fut-il coloré de punk et de jazz comme chez Kill The Vultures. En parallèle, il est le guitariste de Roma Di Luna, un duo folk dont l'autre membre, chanteuse et violoniste de formation classique, n'est ni plus ni moins que sa propre femme, Channy Moon Casselle. Et le disque que le couple vient de sortir, "Face of my Friends", n'a rien à envier à "The Careless Flame".

Roma Di Luna puise loin, dans une tradition folk américaine vieille de plus d'un siècle. Limitée à deux protagonistes et à des instruments rudimentaires, leur musique est retenue, dépouillée et sans âge. Composé exclusivement d'un violon, d'une guitare acoustique et de la voix hantée de la chanteuse (voire de celle d'Alexei Casselle lui-même, qui s'essaye au chant, et pas trop mal, sur "The Blade in your Back"), le son est à l'exact opposé du rap. Il n'y a que des mélodies étirées, et pas la moindre percussion pour marquer le rythme, si ce n'est le tambourin las de "Before I Die" et les maigres handclaps d'un "The Face of my Friends" presque enjoué. Cependant, dans les complaintes tragiques de Channy Casselle, dans ses chants de désespoir, apparaît la même déchirure que chez Kill The Vultures, la même beauté sèche et abrasive qui prend à la gorge.

"The Careless Flame" et "Face of my Friends" évoluent dans deux univers distincts, mais ce sont les deux faces de la même médaille. D'une même durée, à la minute près, ces deux disques très courts provoquent un effet semblable. L'un comme l'autre commence par son titre le plus intense, ici le magnifique "Before I Die", d'une puissance telle que la suite paraît injustement fade. Et pourtant, les plages suivantes sont tout aussi bonnes, par exemple "Brother", ce "The Blade in your Back" où Alexei le chanteur retient à grand peine Crescent Moon le rappeur, ou le splendide morceau final "Ice Cold Body", quand la magnifique voix à la fois fragile et sans faille de Channy Casselle ne s'entend plus que de loin, comme si elle était déjà partie. Il n'y a pas plus dissemblables que les deux derniers disques d'Alexei Casselle. Mais écoutés l'un à la suite de l'autre, il n'y avait rien de meilleur en cette fin 2006.

Sylvain Bertot

Before I Die
Don't Take My Baby To War
These Tears Ain't Mine
The Blade In Your Back
Brother
The Face Of My Friends
Ice Cold Body

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals