Rock en Seine, premières réactions

31/08/2009, par | Concerts |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

Le festival francilien s'avançait cette année avec une programmation d'équilibriste, entre gros lourdauds sur le retour, une pincée de folk, pas mal de fluo et tout le reste. Pas évident de se fondre dans le public de Rock en Seine, où se côtoient jeunes adolescents grimés en MGMT, rockers BCBG ou encore pseudo-roots. Les trois envoyés spéciaux de POPnews ont quand même observé toute cette faune, qui engendre des files d'attente interminables pour un misérable verre de bière ou un sandwich au prix indécent. Il a fallu slalomer, braver la poussière et, il faut bien avouer, se ménager des petites pauses dans les transats pour arriver à gérer tout ça. Le vendredi restera éclipsé par le coup de sang des deux frangins aux gros sourcils, qui ont annulé leur set, et par la même occasion donné raison au quotidien 20 Minutes qui imaginait le matin sur son site internet, pour rire, une annulation d'Oasis après une bagarre entre Liam et Noel. Si Madness les a remplacés au pied levé, cela ne doit pas faire oublier la prestation sympathique de Vampire Weekend (nouveaux titres à la clé), la soul prolo de James Hunter, mais aussi les pénibles Yeah Yeah Yeahs (coup d'envoi d'un défilé atroce de tenues de scène), Passion Pit ou encore Keane (ahem). Dommage pour le pauvre Bill Callahan, perdu au milieu de cette orgie de décibels et dans le trafic engendré par les gosiers et estomacs vides. Le samedi a vu passer la sympathique fratrie Kitty, Daisy and Lewis, Noisettes, la déguisée mais insupportable Ebony Bones (belle fumisterie), les enthousiastes Dananananaykroyd (à vos souhaits). Il y a eu aussi The Horrors, qui n'ont pas fait le coup de l'annulation (j'imagine la tête de l'organisation dans ce cas), le naufrage de Yann Tiersen et le très racoleur Calvin Harris. Le dernier choix était entre Faith No More (ouch !) ou School of Seven Bells avant les platines des quatre de Birdy Nam Nam, attendus par une marée humaine. Cerise sur le gâteau, le dernier jour s'est ouvert sur Metric, auteur d'un excellent set porté par la superbe Emily Haines, avant un creux, qu'est venu combler joliment la jeune Hindi Zahra, qui n'annonçait en rien l'odieux Sliimy ou les gras Eagles of Death Metal. Les Petits Pois, groupe mystère, ont finalement fini de cuire, et c'est un quatuor composé de Dave Grohl - Josh Homme - John Paul Jones - Soldat inconnu (désolé) qui a officié, pour une bonne surprise. Plutôt meilleure que la fade prestation de MGMT, celle de Klaxons étant pour le coup plus honnête (mais bon, les chansons des Klaxons...), avant de finir avec les bourrins de The Prodigy. Bref, on a beaucoup écouté, on a beaucoup marché, et on vous raconte ça en détail très vite pour un compte-rendu en bonne et due forme.

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog