Rock en Seine 2013, du 23 au 25 août

30/08/2013, par et | Festivals |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

(M.C.) La météo a gagné : le crachin de la toute fin de soirée du samedi a laissé place à une pluie soutenue en matinée, ce qui entraîne mécaniquement la boue, qui n’a toutefois rien d’insurmontable une fois sur place. Faut quand même regarder ses pieds, mais j’ai survécu sans bottes (millésime Route du Rock 2011, mais restées… à Bordeaux), et sans glisser ou détruire mes chaussures.

La scène de la Cascade est tout à fait accessible quand j’arrive sur le coup de 15 h 15 pour Surfer Blood. Ils sont quatre, le guitariste a des airs du guitariste de Weezer, et quand ils commencent à jouer, c’est ça : Weezer a fait un voyage dans le temps. C’est quand même un peu moins parfait que les grands moments du groupe de Rivers Cuomo, mais il y a de fort agréables mélodies, qui se seraient d’ailleurs mieux accordées à un soleil fringant. En 45 minutes de set, pas le temps de décevoir, et un chouette lancement de ma journée (les concerts avaient en fait commencé un peu plus tôt).

L’enchaînement, je le fais avec Wall of Death. Je revois les Français pour la deuxième fois en trois semaines, et je suis toujours autant sous le charme, de ce son un peu crade, mais très accrocheur, qui évite toute prétention en restant sobre et efficace. Guitare et clavier/orgue tiennent la cadence d’un batteur increvable, à la frappe précise et puissante. 45 minutes une fois de plus, et décidément un beau début de journée. Et si je décide avec mes amis d’enchaîner sur Eels, je laisse Vincent (équipé lui de ses bottes de la terrible Route du rock 2002) raconter :

(V.A.) Un concert de Eels me laisse toujours sur ma faim : je me dis que ça aurait été mieux si j’avais établi moi-même la setlist. Sinon, Mr E. a indéniablement du métier, et même ses chansons les plus basiques sont l’œuvre d’un songwriter unique en son genre, à l’humour très… particulier (cf. les “hugs” successifs avec tous ses musiciens). A propos, tu sais si les ventes de la marque aux trois bandes sont montées en flèche dans les jours qui ont suivi ?

Eels

Eels 2

(M.C.) Je n’en sais strictement rien… En tout cas, j’ai eu le même ressenti que toi sur le concert. Mais raconte-nous plutôt Parquet Courts, que tu as vus depuis l’espace VIP…

(V.A.) Avec open bar, tant qu'à faire, c'est de toute façon le genre de musique qui appelle la bière. Je préfère renvoyer à mon compte rendu de la Route du rock puisque c’était peu ou prou le même (excellent) concert. Et puis on va bientôt avoir l’occasion de reparler d’eux puisqu’ils jouent de nouveau en France en octobre.

(M.C.) Et puis là, la faille espace-temps. On mange, on boit, on discute, rien ne nous passionne dans le programme, ni les Bloody Beetroots (que l’on entend vaguement pourtant) ni Lianne La Havas, qui doit justement avoir du mal à se faire entendre à cause des premiers. On patiente indolemment jusqu’à Chvrches, pour lesquels je laisse commenter Vincent.

(V.A.) Ce jeune trio écossais m'a laissé moins indifférent que toi : la chanteuse a une voix intéressante, certains morceaux sont accrocheurs (notamment celui où elle laisse le micro à l'un de ses deux musiciens). Ils semblent toutefois avoir du mal à choisir entre une électro de pointe et une voie plus commerciale. On verra ce que donne l’album, imminent.

Ensuite, après quelques minutes du soundsystem de Major Lazer et un featuring surprise du longiligne Stromae venu chanter son “Papayoulélé”, ou un titre dans ce genre-là [M.C. : il s’agit de “Papaoutai”...], j’ai quitté sans trop de regrets cette sympathique animation Club Med pour aller écouter le nettement plus ténébreux Tricky. J’avoue que j’ai lâché l’affaire il y a longtemps : son nouvel album est paraît-il un “retour aux sources”, mais pour tout dire je m’en fiche un peu. En tout cas, sur scène, ça n’a guère changé : les musiciens sont toujours plongés dans une semi-pénombre bleutée, le chanteur passe une bonne partir du concert dos tourné au public, à tirer sur une cigarette qui ne doit pas contenir que du tabac. Et il y a toujours “Black Steel” dans la setlist. Le public a été invité par deux fois à monter sur scène, sur des morceaux pas forcément dansants d’ailleurs. La deuxième fois, un spectateur a dû marcher sur un câble car il y a eu des craquements désagréables. Il y avait tellement de monde sur scène que je ne trouvais même plus Tricky, c’était un peu “Où est Charlie ?”. Bon, l’envoûtement fonctionnait par intermittences. La fin était bien, mais n’en finissait pas de finir : Tricky disait “Thank you, good night”, et puis la musique continuait. J’ai fini par déclarer forfait ; si ça se trouve, lui y est encore.

(M.C.) Nostalgie oblige, je suis allé voir System of a Down, oui, le groupe de métal qui eut ses moments de gloire au début des années 2000, à l’époque du “néo-métal”. Heureusement, le groupe a souvent su se tirer des ornières du style avec des morceaux mieux écrits que ceux de l’immense majorité. Mais ce soir-là, après quelques années chaotiques, je me rends compte que je passe à côté du concert, même si j’y entends certains titres que j’ai attendus longtemps de vivre en live. Le son est très moyen là où je me trouve, et les dix ans que j’ai pris (ou presque) depuis que j’écoutais System of a Down se retrouvent assez cruellement dans ces chansons. J’écoute, je reconnais chaque morceau, mais le plaisir n’est plus le même, et je sens que le groupe est dans le même cas. Ils ne se parlent pas, ne se regardent ni ne se touchent. Le public passe visiblement un excellent moment, faisant des pogos en rond, et semble même se satisfaire d’une prestation un brin automatique.

Et c’est ainsi que le festival se termine pour moi. Un bon cru, un vrai succès public et le pari réussi d’une programmation osée (la moitié des artistes présents n’avaient qu’un EP ou album derrière eux). Le domaine de Saint-Cloud (et ses jardiniers) peut se reposer, l’année prochaine on remet ça !

Merci à Ephélide.

Photos : Vincent Arquillière

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals