Rickie Lee Jones - The Evening of My Best Day

21/01/2004, par | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

RICKIE LEE JONES - The Evening Of My Best Day
(V2)

RICKIE LEE JONES - The Evening Of My Best DayManque d'inspiration ésir de prendre son temps, cela faisait plus de six ans que Rickie Lee Jones n'avait pas sorti de nouvelles chansons. Succédant à une collection de reprises agréable mais sans grande prise de risques (Steely Dan, Beatles, Marvin Gaye, Gershwin...) et à un album live, "The Evening of My Best Day" vient opportunément rappeler en douze compositions originales que miss Jones reste non seulement une chanteuse de grande classe, mais aussi un auteur de premier ordre. Accompagnée de musiciens nombreux - pas moins de quatre bassistes - et comme toujours triés sur le volet (outre quelques grands du jazz contemporain comme Bill Frisell, on repère les noms de Grant Lee Philips, Syd Straw ou Ben Harper), l'ex-copine de Tom Waits distille sans forcer cette pop jazzy et élégante qui a fait sa réputation, tellement cool qu'on la croirait taillée pour les playlists de FIP. Tout en affichant une belle unité de ton et de son, l'album revisite divers genres américains : blues et folk sur "Lap Dog", où Rickie nous présente sa collection de guitares, soul et rhythm'n'blues sur "Tell Somebody", soft rock sur le magnifique "It Takes You There", ballade introspective au piano sur le morceau-titre... Comme d'habitude, les textes oscillent entre confession sans pathos, observation affûtée du quotidien et piques engagées ("Ugly Man" et "Tell Somebody" sont des charges on ne peut plus claires contre Bush et sa politique). On cherchera en vain la moindre faute de goût tout au long de ces douze chansons bourrées d'instruments rares, de détours mélodiques et d'accords compliqués, et c'est finalement là que le bât peut un peu blesser : il manque à ce disque bien sous tous rapports les aspérités qui rendent captivants ceux de Shivaree, par exemple - pour rester dans une veine proche -, ou même... le tout premier album de Rickie Lee Jones (sorti en 1979, avec le tube "Chuck E.'s in Love"). Reste que cet "excès" de subtilité, en ces temps de musique vite enregistrée et vite oubliée, présente un certain charme, plaisamment suranné.ou d

Vincent

Ugly Man
Second Chance
Bitchenostrophy
Little Mysteries
Lap Dog
Tell Somebody (Repeal the Patriot Act)
Sailor Song
A Tree On Allenford
It Takes You There
Mink Coat At The Bus Stop
The Evening Of My Best Day
A Face In The Crowd



Acheter sur Amazon Écouter sur Spotify


les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals
»» toutes les interviews