Rich Aucoin - We're All Dying to Live

01/08/2012, par | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

Rich Aucoin - We're All Dying To Live

Venu d'Halifax (Canada), Rich Aucoin s'est fait connaître dans son pays natal pour avoir financé son premier Ep en faisant une tournée à vélo durant laquelle il a levé des fonds pour une fondation contre le cancer chez les enfants. Généreux dans l'effort, il a enregistré cet album au cours de la tournée à vélo et d'une autre où il courait. Oui oui. Bref, il a enregistré un peu partout, avec une variété hallucinante de musiciens : au moins 500 différents !

Le disque reflète cette richesse, cette générosité aussi, tout comme la dimension physique que l'on retrouve dans le parcours du jeune homme. En 22 titres (l'EP et l'album sont réunis), c'est un vrai kaléïdoscope pop qui est offert, c'est aussi un disque vibrant et passionné. Il n'y a rien de blasé dans ces morceaux, qui s'apparentent souvent à des hymnes pop chatoyants, que l'on s'imagine chanter à tue-tête quand le moral n'est pas là. Chevillée au corps, son énergie permet à Rich Aucoin de faire se mélanger avec bonheur l'ambition dans les mélodies et une vivacité d'écriture toujours présente. Le résultat est fascinant, avec de vrais tubes, comme le trio (qui forme une seule chanson : oui, pas facile à suivre j'en conviens) "The Little Creatures Know" - "It" - "The Greatest Secret in the World", qui sonne comme si Arcade Fire rencontrait M83. C'est irrésistible, c'est excitant au possible, et ce frisson se retrouve souvent dans le disque, sur "Brian Wilson is A.L.i.V.E (All Living Instantly Vanquish Everything)" - avec un sample du "DVNO" de Justice -, "P:U:S:H:" et son parfum Daft-Punk version pop ou encore "Watching, Wishing, Waiting" qui fait sauter sur sa chaise à tous les coups et donne envie de s'époumoner. Le reste du disque, ce sont des respirations, des dialogues, comme si l'on assistait à un film sans images, où l'on entendrait Rich Aucoin parler avec ses musiciens, essayer, lancer quelques pistes de chanson : il nous laisse regarder par dessus son épaule, et ça contribue à rendre le disque très attachant. Rich Aucoin est un musicien de son temps, sans frontières bien nettes, qui a le tour de main pour faire fonctionner ensemble toutes ses aspirations et les mettre en musique de façon incroyablement généreuse, qui m'a personnellement laissé pantois d'admiration.

Acheter sur Amazon
  1. The Morning Becomes Eclectic Overture
  2. All You Cannot Live Without
  3. Being in Need of Something
  4. Even If All Your Friends Abandon You Smile
  5. Brian Wilson Is A.L.i.V.E. (All Living Instantly Vanquish Everything)
  6. We're All Slaves to the Two-Four
  7. The Little Creatures Know
  8. It
  9. The Greatest Secret in the World
  10. Watching Ice Station Zebra for the 151st Time
  11. Push
  12. We Must Imagine Sisyphus/ourselves Happy
  13. 1929-1971
  14. Watching, Wishing, Waiting
  15. Please Give This to Seymour Stein
  16. Hope for the Flowers
  17. Undead Pt. 1 - Estrangement
  18. Undead Pt. 2 - Reconciliation
  19. Watching Herzog And Listening to the Idiot
  20. Living to Die
  21. Dying to Live
  22. 500 People Talking

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals
»» toutes les interviews