Ral Partha Vogelbacher - Shrill Falcons

album de la semaine du 09/08/2006, par Nicolaz | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

RAL PARTHA VOGELBACHER - Shrill Falcons
(Monotreme / Differ-Ant) - acheter ce disque

RAL PARTHA VOGELBACHER - Shrill FalconsRal Partha Vogelbacher : drôle de nom. C'est en fait essentiellement un projet parallèle des Thee More Shallows, dont le dernier effort nous avait ravis, et qui sortent également ces jours-ci un court album qui lui m'a beaucoup déçu. "Shrill Falcons" est une excuse recevable pour expliquer ce camouflet, car il pousse plus loin encore les expérimentations de cette bande de Californiens. Le groupe est ici mené par le dénommé Chadwick Bidwell, auteur des paroles de l'album. Sous la coupe de ce gourou barbu, les Thee More Shallows prennent de la hauteur et offrent à leur musique une nouvelle dimension. Ils s'amusent, ça s'entend ; ils torturent leurs instruments ; ils se lâchent et j'irai jusqu'à dire qu'ils n'ont jamais été aussi convaincants.
Pratiquement, le résultat de ces élucubrations peut se situer entre le rock doucement fou de Deus, le Smog psychopathe de "Wild Love", le rock illuminé de Jane's Addiction voire de Kyuss et la pop-rock extraterrestre de Guided By Voices. Mais je pourrais aussi bien vous dire qu'il ne ressemble à rien d'autre, au choix. Toujours est-il qu'on est en plein asile de fous, et pour vous donner une meilleure idée de ce à quoi vous attendre, il convient de vous figurer un récit d'anticipation où cohabiteraient mutants rescapés d'une guerre nucléaire, extraterrestres venus d'on ne sait où, et gentils musiciens (échappés de leur asile, donc). Le chaos serait total tandis que nos héros fouilleraient les décombres d'une cité en ruines à la recherche de débris d'instruments avec lesquels ils entreprendraient d'écrire des morceaux aux récits abracadabrants. Vieille guitare folk à laquelle il manque trois cordes, amplis implosés, guitares électriques fondues par les radiations. Contrairement à l'idée qu'on pourrait s'en faire, le son est chaud et rappelle Guided By Voices ou mieux encore Dutch Dub.
Parmi les plus grandes réussites de cet album, "Three Gorges" et "Messy Artist", qui ouvrent l'album sur un rythme effréné, "Garden Assault", qui croise avec virtuosité rock et electro, "Party After the Wake" et ses déluges de guitares et surtout la fantastique "Silver Mines", dont le riff réjouissant se suffit à lui-même. Au long de l'album, on voyage dans le temps et l'espace, on rêve d'esturgeons, de Chine, de chats de gouttière, de Floride, et d'autres choses encore, on croit assister à l'apocalypse, et puis non, ce n'est qu'un disque, un excellent disque qui nous emmène partout et nulle part à la fois, qui dit tout et n'importe quoi ou son contraire. Un disque à se procurer et dont une partie des bénéfices est reversée à l'ONG Green Space, qui vise à promouvoir l'environnement dans les écoles de San Francisco.

Nicolaz Guidon

Three Gorges
Messy Artist
Aeroflot
Birthday in Beijing
New Happy Fawn
Garden Assault
Party after the Wake
Silver Mines
Cdb National Park
Lonely Dreadnought
Swimming with the Sturgeon


Acheter sur Amazon Écouter sur Spotify


les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals