Pete Astor - Session du 7ème Ciel

03/08/2011, par , Guillaume Sautereau et Luc Taramini | Vidéo |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

C'est un monsieur bien mis, la cinquantaine sage, l'air réservé et la voix posée, qui pourrait donner des cours à votre petite cousine à la Fac. D'ailleurs, si votre cousine était anglaise, cela serait peut-être le cas. Mais comme l'habit ne fait pas le moine, on oublie vite, quoique par intermittence, qu'on écoute la musique de ce type depuis plus ou moins vingt ans, et que "la légende du label Creation", qu'on nous ressort à toutes les sauces et de manière de plus en plus solennel avec le temps, et bien lui, il l'a vécue de l'intérieur, avec The Loft, les Weather Prophets, puis en solo... My Bloody Valentine, Primal Scream, New Labour, Oasis, la Brit Pop, Jesus and Mary Chain, Felt, ... autant du sujets sur lesquels le bonhomme aurait sans doute beaucoup à dire... Aujourd'hui, Pete a donc délaissé le r final de son prénom et ses cours de fac pour venir défendre son nouvel album, "Songbox", sur la terrasse du 7ème Ciel. Ça se fait tout simplement, accompagné de deux guitares, la sienne et celle de Ben, (l'excellent) guitariste qui joue aussi avec les Comet Gain, et de leurs deux voix. Celle de Pete, est étonnement inchangée, toujours juvénile, mélange de fragilité de jeune loup et d'assurance de vieux briscard. Ce soir-là, Pete nous comblera, jouant même trois vieux classiques, "Donnely", du Pete® Astor solo première période, "Why Does The Rain?" (oui, c'est vrai ça, pourquoi la pluie ?) et l'inusable "Joe Shmo and the Eskimo". Quelques heures plus tôt, avant l'arrivée du public, il préféra se concentrer sur les petites merveilles de "Songbox", ici dans des versions dépouillées. Voici "Dead Trumpet", "Slip Away" et "Tiny Town". Merci Pete.

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals