The Patriotic Sunday - Interview

28/07/2010, par Benoit Crevits | Interviews |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

Tes textes sont toujours assez noirs. Pourtant, au niveau de la musique on ne le ressent pas forcément.

J'aime beaucoup cette ambivalence. Il y a beaucoup d'artistes que j'aime bien et notamment les Anglais qui ont su faire un pop assez légère comme The Smiths ou Belle & Sebastian sur des images noires et des textes difficiles. L'apparence et le fond sont deux éléments que j'aime bien distinguer.

Et la scène française, ça te parle ?
Je connais mal la scène française. Certains artistes avec beaucoup de personnalité me parlent comme Dominique A ou Katerine. Mais le gros problème des groupes français qui se démarquent grâce à leur texte ou par leur musique, avec des gens comme Programme, Mendelson ou Nonstop c'est tout simplement qu'on ne les entend pas assez.

Que penses-tu de cette vague de groupes français qui s'exportent comme Phoenix ou Charlotte Gainsbourg ? On a l'impression que les Français se mettent à écrire de mieux en mieux en anglais.
Pour ce qui est du phénomène Phœnix, je dirais qu'il ne faut pas généraliser. Beaucoup de groupes français qui chantent en anglais ne maîtrisent pas toujours la langue. Avec Phœnix ce qui est intéressant c'est qu'ils écrivent en anglais mais le fond est très français. Ils disent souvent qu'Eddy Mitchell chantait "Sur la route de Memphis" en français, hé bien eux, parlent de Paris et de Versailles en anglais. Je pense aussi que le public est plus exigeant avec des groupes qui chantent en français qu'en anglais. Sur le cas Charlotte Gainsbourg, je ne ferai aucun commentaire...

Un petit souvenir, une anecdote d'un concert que tu as vu lors d'un festival ?
On a joué au festival ATP en Angleterre avec Papier Tigre. Et là c'était la grosse classe puisqu'on a vu les Silver Jews, The National, Animal Collective, Battles. On se sentait tout petit...

patriotic_sunday_02

Animal Collective c'est une grosse influence ?
Oui, mais ce qui m'intéresse chez eux c'est la progression de leur musique. Lorsque qu'on regarde d'où ils sont partis et ce qu'ils sont devenus, je me dis qu'il y a très peu de groupes qui ont toujours avancé et réussi dans tout ce qu'ils ont entrepris. Avec "Sung Tongs" tout le monde a suivi en singeant ce qu'on a appelé le Freak Folk où je sais pas quoi. Bref, c'est vraiment exceptionnel de pouvoir se renouveler tout en gardant la trame harmonieuse qui caractérise ce groupe. J'ai joué avec eux en 2005 et je les ai retrouvés à l'Olympic récemment. Ils sont en mode "stade" maintenant. Du coup, avec leur succès, j'ai l'impression qu'ils sont de plus en plus critiqués. Ce sont de très gros bosseurs. Leur succès est mérité. Ca reste effectivement un très bon groupe.

Et tes projets dans tout ça ?
Je prépare un disque cet été avec Papier Tigre puis, on part en tournée du 10 au 18 septembre avec des amis : Marvin, Electric Electric, Pneu. Et puis comme je te disais, je fais un nouveau disque avec La Terre Tremble sur Effervescence. Et pour le début de l'année prochaine, on fera de nouveau une tournée avec Papier Tigre.

Enfin, as-tu une découverte musicale à nous faire partager ?
On va rester en France. On a déjà pas mal parlé de Gablé. J'ai beaucoup aimé le dernier vinyle. "Hangover The Top" de Marvin est tout aussi bon. Il y a également notre copine Faustine Seilman qui avec "Whispers & Shouts" a sorti un très bon disque. Sinon, en terme de découvertes, j'ai adoré Cryptacize, le nouveau groupe de Chris Cohen, ancien de Deerhof. Un disque de pop joliment orchestré.

Propos recueillis par Benoit Crevits
Photos par Xavier Mora
 

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals