My Lady's House - Track by Track

09/04/2010, par Julian Flacelière | Track by track |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

MY LADY'S HOUSE

Promis à de belles heures ici-même il y a plus d'un an maintenant, My Lady's House, groupe originaire de la belle ville de Besançon, sort ce mois-ci son premier album, "West of the Sun Stories", titre inspiré par le non moins joli roman d'Haruki Murakami, "Au sud de la frontière, à l'ouest du soleil", auteur cher à Guillaume autant qu'à l'auteur de ces lignes. En attendant la chronique de ce LP beaucoup moins sage qu'il n'en a l'air, POPnews a saisi l'occasion d'en découvrir davantage sur leurs intentions ainsi que sur les motifs, reprises, interrogations à l'origine de leurs morceaux.

Polar Bears
Guillaume : Un titre écrit juste avant la naissance de ma fille. Il mélange deux interrogations : serai-je à la hauteur vis-à-vis d'elle ? Et vis-à-vis de sa maman ? L'idée m'est venue en regardant une amie fouiller dans ma bibliothèque. Elle s'était arrêtée sur un roman d'Hemingway, un instant seulement puis l'avait reposé. C'était là.

Forest River
Simon : Un titre inspiré par les films de calvaire comme "Délivrance" ou par les accidents de chasse... (sourire)
L'histoire d'un type en train de mourir, une balle dans la nuque et le corps à moitié plongé dans l'eau glaciale d'une rivière. Paradoxalement, il y a cet aspect un peu poétique dans les dernières pensées qui traversent l'esprit de ce type.
G. : Un habillage musical à la Gravenhurst qui a son petit effet, je trouve...

Once
G. : Un morceau très personnel sur la perte et l'éphémère. L'absence d'un être cher peut-il nous rendre plus fort ? Ces évènements nous transforment, nous altèrent c'est certain, mais de quelle manière ? C'est ce que j'essaie d'explorer dans "Once".
S. : Pour la production, on avait en tête les chansons de groupes comme Calexico. On avait envie d'un morceau qui évoque les grands espaces, avec cette guitare traînante, le refrain aérien.

Not Alone
G. : L'esprit des Bootleggers et du Honky Tonk plane sur celui-ci. Il est plus léger que la plupart des titres de l'album même si au final ça reste l'histoire d'un type qui se berce d'illusions sur une relation fantasmée de longue date... Après une nuit inespérée, il se réveille un matin chez une fille dont il est éperdument amoureux mais celle-ci, pressée, lui a juste laissé un mot pour lui indiquer où laisser les clefs...
S. : Ce morceau a un côté carriole brinquebalante que j'aime bien, avec la batterie qui arrive plus tard.

Jenna Grove
G. : Ce morceau m'est venu en lisant un passage de Faulkner (NdlR : Grove est un personnage du roman "Lumière d'août"). Il y parlait d'une jeune fille à la recherche d'un sale bonhomme l'ayant mise enceinte. J'ai creusé la situation, imaginé ce qu'elle ressentait et lui ai finalement donné la parole. A qui s'adresse-t-elle finalement, à l'auditeur, à son enfant ou à elle-même ? Pour la musique, j'avais envie de quelque chose de très épuré, avec juste une guitare accordée en open pour donner plus de profondeur et d'intensité aux paroles.
S. : L'idée du piano est arrivée à la fin de l'enregistrement et nous a valu de nombreuses discussions. Au final, c'est une super idée.



les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals
»» toutes les interviews