Festival MOFO#4 - Saint Ouen, Mains d'Oeuvres, 30 juin, 1,2 juillet

07/07/2004, par Jan Fiévé, Jean-Christophe Mauger et Guillaume Sautereau | Festivals |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

1er juillet : deuxième journée

C'est à The Blow que revient la tâche ingrate d'ouvrir les festivités de ce deuxième jour. Malheureusement, des contingences matérielles totalement dépendantes de notre peu de bonne volonté pour arriver à l'heure nous empêcheront d'assister à la prestation de la formation américaine. Une autre fois, donc. Dès notre arrivée, c'est déjà au tour de Kim d'investir la scène Fo. Si la sonorisation ne semble pas toujours à la hauteur, la salle, vaste et agréable, permet de savourer avec une certaine délectation le set comico-pop de ce trublion bordelais. Certes, rien de phénoménal dans ces compos gentiment brinquebalantes, mais c'est avec une joie communicative que Kim nous livre au débotté son univers singulier et loufoque. A peine le temps de rejoindre l'autre scène que résonnent déjà les premiers arpèges de Kimya Dawson. Accompagnée des incontournables frères Herman Düne, la moitié des Moldy Peaches, figure emblématique de la scène antifolk new-yorkaise, nous livre ses jolies chansons patraques avec un naturel désarmant : on oublié les accords, on chante parfois un peu faux, on rigole des structures approximatives des morceaux, bref, on se fait plaisir avec des titres simples et émouvants. Le public aussi, manifestement. A peine le set de Miss Dawson terminé que Pull enchaîne à son tour sur la scène Fo. Moins convaincant que les prestations habitées de Calc, le concert du collectif bordelais s'avère inégal et un tantinet décousu. Il faut dire que le groupe n'est pas aidé par un son des plus approximatif, et ne semble pas tout à fait à son affaire. On laissera donc au combo le bénéfice du doute, car leur pop à géométrie variable vaut indéniablement le détour. De détour, il en sera d'ailleurs question dès la fin de leur prestation, pour une petite pause au bar convivial de Mains d'œuvres, envahi par des festivaliers assoiffés à l'éducation néanmoins irréprochable. Sur la scène Mo, All Girl Summer Fun Band ont déjà entamé leur concert. Les échos qui me parviennent de la salle ne me disent rien de bon, et j'en profite donc pour octroyer à mes oreilles une petite pause avant la suite des hostilités. Les hostilités, c'est d'ailleurs un bien grand mot, puisque le concert suivant est assuré par les parisiens de Cyann & Ben. Sur scène, les morceaux déjà lumineux de "Happy Like An Antumn Tree" prennent une ampleur supplémentaire, et révèle un groupe qui progresse de concert en concert. Indéniablement, leur musique élégante et cotonneuse séduit, et la foule nombreuse venue assister à leur trop courte prestation leur fait une petite ovation. Sans nul doute l'un des grands moments de cette 4ème édition du festival. Nous passerons ensuite sur le phénomène C.O.C.O, resucée disco pop des duos terriblement tendance à la White Stripes et consort, sympathique mais assez vain, pour terminer cette deuxième nuit avec les Norvégiens de Jr Ewing et leur hard core ébouriffant. Faisant figures de vilains petits canards au milieu de tous ces combos folk-pop-indie-je-ne-sais-quoi, nos valeureux scandinaves rappelant parfois Snapcase et autres Refused, nous aurons offert un set impeccable de hargne contrôlée et de guitares furibardes, et clôtureront donc avec brio cette seconde soirée, malgré un chanteur maniéré et relativement agaçant. Une belle surprise.


les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog