Mattias Hellberg and The White Moose - Out Of The Frying Pan, Into The Woods

27/05/2009, par Judicaël Dacosta | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

MATTIAS HELLBERG AND THE WHITE MOOSE - Out Of The Frying Pan, Into The Woods
(Playground Music) [site]

MATTIAS HELLBERG AND THE WHITE MOOSE - Out Of The Frying Pan, Into The WoodsMattias Hellberg est né au début des années 70 et de cette enfance il a gardé un certain sens du rythme, et une orientation musicale plutôt bercée de nostalgie. Reconnu pour ses talents de guitariste et de vocaliste, il a commencé sa carrière avec les Nymphet Noodlers, l'un des groupes préférés de Wayne Kramer du MC5. Allant ensuite de combo en combo en tant que guitariste ou chanteur (The Soundtrack Of Our Lives, The Hellacopters, Nationalteatern...), il enrôle une joyeuse bande pour former The White Moose et accouche d'un premier album avec eux dans la foulée. Pour ceux qui n'aiment pas les longs solos de guitare et les claviers scintillants de "reverb", mieux vaudra d'emblée passer son chemin. Pour les autres, il y a ici de quoi vous faire tourner la tête quelques mois.

L'entame tonitruante du disque par un riff de guitare doublé au clavier sur "Black Cat Fever" donne le ton, et valorise la voix dérangée d'Hellberg, qui on l'aura compris au vu de la pochette du disque, prône le mauvais goût autant que l'autodérision (à l'intérieur il est en double page en caleçon et chaussettes rayées, une banane à la main). Composé à la fois de rocks efficaces ("A Good Day", "Mermaid Stomp", "Let's Rock") et de longues digressions psychédéliques ("Why Is It So?", "Final Call"), l'album trouve sa richesse dans le plaisir de jouer communicatif du combo, qui rappelle les sommets de Captain Beefheart. Sur "Love in Need", Hellberg laisse la porte ouverte à sa douce folie et transforme le morceau en loufoquerie "newcombienne", avec qui il partage un certain penchant pour le revival des sixties. L'une des plus belles réussites du disque est sans aucun doute "Foggy Day", sur laquelle on atteint un paroxysme de psyché-rock. Emmenée par les riffs entêtants d'Hellberg, la section rythmique se déchaîne bruyamment avant de finir sur un long cataclysme sonore, mélange de larsens et de nappes de claviers. Grand disque de rock et à n'en pas douter un des meilleurs groupes du moment. Pour les nostalgiques, à voir absolument sur scène.

Judicaël

Black Cat Fever
A Good Day
Why Is It So?
Mermaid Stomp
Foggy Day
Love in Need
Maracca Baby
Final Call
Let's Rock
White Moose XXX-Mas

Acheter sur Amazon Écouter sur Spotify


les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals
»» toutes les interviews