Maplewood - Maplewood

31/01/2005, par Jean-Christophe Mauger | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

MAPLEWOOD - Maplewood
(Tee Pee Records) - [site]

MAPLEWOOD - MaplewoodLa pochette (représentation naïve d'une Californie onirique avec vergers, hacienda et Sierra Nevada à l'horizon), le patronyme du groupe et le livret squelettique n'aident pas à répondre à la question que suscite l'écoute de ce stupéfiant premier album : qui sont ces gens ? Le nom du label (Tee Pee records) donne une première indication - les types de Maplewood sont ceux avec lesquels on aimerait réaliser le fantasme masculin ultime (au moins dans les premières années de la vie) : bâtir une cabane dans les arbres, suffisamment inaccessible pour ne jamais être découverte et dans laquelle on pourrait griller des saucisses, lécher l'huile des boîtes de sardines et fumer des cigarettes improbables. Nos nouveaux amis de Maplewood nous y feraient découvrir les disques des Byrds, de Gene Clark, des Beachwood Sparks et des High Llamas (les percussions feutrées renvoient comme un délicat écho à celles de "Gideon Gaye"), façonneraient des guitares douze-cordes dans des planches d'érable et écriraient des chansons. Avec un peu de chance (et à la condition stricte qu'on ne salope pas leurs exquises harmonies à trois voix), ils nous laisseraient pousser les chœurs sur "Indian Summer" (aussi brillante que la saison qui lui a donné son nom) ou sur "Darlene" (qui, pour inspirer une telle chanson, doit être bien lumineuse aussi). Mais le reste du temps, on se contenterait d'écouter en se disant qu'on n'a jamais été aussi près du ciel que dans ce refuge perché et baigné de ces délicates miniatures folk-rock. A la nuit tombée, on dévalerait lestement des cimes des arbres, la tête dans les étoiles et les pieds ne touchant pas terre avec sur les lèvres la dernière ballade que les musiciens de Maplewood nous auraient jouée, cinq minutes de bonheur absolu entre "Wild Horses" et "Sad-eyed Lady of the Lowlands". Elle s'appelle "Desert Queen", couronne le disque avec une rare élégance et laisse augurer d'un avenir pour ce groupe qu'on a peine à imaginer autrement que radieux. La cabane, elle, est toujours debout.

Jean-Christophe

Indian Summer
Darlene
Gemini On The Way
Little Dreamer Girl
Santa Fe
Be My Friend
Bright Eyes
Morning Star
Sea Hero
Think It Through
Poconos
Carolina Jasmine
Desert Queen

Acheter sur Amazon Écouter sur Spotify


les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals
»» toutes les interviews