Lydia Lunch - Interview

12/10/2011, par , et Luc Taramini | Interviews |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

Parue une première fois en France en 1999 au Serpent à Plumes, "Paradoxia, journal d'une prédatrice", l'autobiographie de Lydia Lunch, est rééditée ces jours-ci aux éditions Au Diable Vauvert, avec une nouvelle préface de Virginie Despentes (qui s'ajoute à celle de Hubert Selby Jr). Dans ce livre composé de courts chapitres, l'artiste underground raconte de façon très brute ses expériences paroxystiques, à New York et dans les diverses villes où elle a vécu. Une vie menée à cent à l’heure, où la jouissance et le danger sont inextricables, et qui aura nourri une œuvre transgenre et influente, même si elle se sera toujours tenue à l’écart du mainstream : musique (de la no wave abrasive des débuts au jazz lounge pernicieux d’aujourd’hui), textes, spoken word, films, photo…

Face à notre caméra, Lydia a livré le (freak) show attendu : anecdotes cocasses et un peu trash, diatribes contre les Etats-Unis, pays forcément stupide et fasciste (mouais…), incantations de prêtresse vaudoue en rut… Est-elle en représentation permanente ? On pencherait plutôt pour l’hypothèse inverse : derrière un sens certain du spectacle, on discerne avant tout un refus de jouer à l’Artiste, une liberté absolue de parole, beaucoup de lucidité et d’autodérision. Forcément un peu assagie, la cinquantaine passée (et “miraculeusement encore en vie”, nous dira-t-elle), Lydia Lunch reste un personnage entier, qui suit sa propre route sans se préoccuper de ce que les autres peuvent penser. A prendre ou à laisser. On prend. 

Pour voir la version intégrale, cliquez ici

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals