Leslie Woods & the Dark Mountain Orchid - The Luxury of Sin

25/07/2005, par Luc Taramini | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

LESLIE WOODS & THE DARK MOUNTAIN ORCHID - The Luxury Of Sin
(Glitterhouse / Chronowax) [site] - acheter ce disque

LESLIE WOODS & THE DARK MOUNTAIN ORCHID - The Luxury Of SinBienvenue à Knoxville-Tennessee, repaire de Leslie Woods que beaucoup considère comme la "Reine Noire" de l'alt-country. Fan de Gun Club, de Jasons & Scorchers et de Loretta Lynn (récemment ressuscitée par Jack White !), cette vamp gothique n'a pas volé son titre en s'aventurant sur les terres de son cousin germain David Eugene Edwards.
On ne trouvera rien de très souriant, ni d'angélique dans le ciel lourd de la miss qui chante le péché, la rédemption, le sexe et la drogue, enroulée lascivement autour de son pied de micro. "The Luxury of Sin", son deuxième album, en dit long sur son univers de fille rebelle et amoureuse et sur sa musique chauffée à blanc. Son chant est un souffle brûlant, gorgé de désir. Sa musique, en suspension, possède la langueur moite du sud. Derrière elle, un groupe amorphe se contente de jouer au tarif syndical : rythmiques molles, trémolos de mandoline, striures de dobro et de banjo. Rien de trop, juste ce qu'il faut pour que le disque renferme quelques bonnes chansons tantôt plaintives ("Train", "Everyday Fevers"), tantôt brûlantes ("I am What", "Little Bit of Me"), souvent feutrées ("Sky So Pale"), avec, aussi, un très beau duo final ("What I Thought") qu'on croirait interprété par Marianne Faithfull.
Les racines musicales de Woods puisent dans le blues séminal, la musique des Appalaches et le répertoire de la Carter Family, qu'elle mixe avec une poésie noire et vénéneuse tout droit sortie d'un honky tonk. Plus sensuelle que la froide Nathalie Merchant, plus cabossée que la lisse Sheryl Crow, cette femme pulpeuse, mariée et mère de deux enfants, revendique ses origines rurales avec aplomb, n'évite pas tous les clichés de la country (elle pose en couverture avec un gun), mais parvient en 12 titres (dont un caché) à installer un climat poisseux digne d'une pièce de Tennessee Williams.

Luc

Train
Everyday Fevers
I am What
Little Bit of Me
Sky So Pale
Say Anything
I Was Younger Then
Cami
Heart is Black
What I Thought
Save It For Me

Acheter sur Amazon Écouter sur Spotify


les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals