Les savants fous de Hot Chip ont-ils trouvé leur maître ?

20/07/2012, par Christophe Despaux | Clips |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

Tous les clips de Hot Chip tournent autour de la technologie. Même l'inaugural "Playboy" qui, dans un magasin nocturne, voyait les membres du groupe tripoter leurs instruments (musicaux, hein ?) se terminait sur un plan de Joe Goddard encorné lançant des éclairs Teslaesques de ses doigts. Electricité statique, futuriste ? Quelle puissance jaillit des êtres ? La musique, l'appel de demain ? Rappelons-nous les créatures crachant des lasers d'"I Feel Better" et la récente emprise vidéo de "Night & Day" avec ce côté Mars Attacks pas d'une folle légèreté. Pour ne rien dire de leur chef-d'oeuvre, "Over and Over" qui capturait parfaitement leur rapport aux machines (fascination mais désir de racines plutôt que d'avenir) magnifiquement réalisé par Nima Nourizadeh avec cette idée de la motion capture mise à plat et en scène (d'ailleurs, Carax vient de la piquer dans son pas très fameux "Holy Motors"). Et la pièce enclose de "One Life Stand" avec cette boule à facettes qui les contenait peut-être, miniaturisés et distordus, n'était-elle pas une chambre d'enregistrement ? Chez Hot Chip, la technique produit bien le futur dans un jaillissement comique et grinçant. On s'en rend partiellement compte dans le dernier "Look At Where We Are" filmé par Danny Perez, proche collaborateur "visuel" (heummm !) d'Animal Collective. Méfiance donc, même si plutôt levée au vu du résultat qui en fait partiellement une sorte de magie folle et grise. Un savant carabiné entre Reanimator et les Yeux Sans Visage (comme Carax, encore !) induit des rêves de fraise et de colère sur le cadavre (?) d'un mannequin à frimousse, avant une fusion cathartique en final sur le visage ouvert d'icelle (toujours ces lumières qui jaillissent chez eux, des catholiques dans le placard ?). La satire de la prise de vues évoque la récente pub "Schweppes" sans la démence absolue du jeu d'Uma Thurman (juste remplacée ici par de la lourdeur). Mais les passages abstraits d'images en formation sont assez beaux de même que la lueur du masque vide qui semble vibrer en rythme avec la voix d'Alexis Taylor. Pas si mal.

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals