Les Femmes s'en mêlent - édition 2009 (Frida Hyvönen, St. Vincent, Juana Molina, Clare and the Reasons, Battant, Micachu, Wildbirds and Peacedrums, ...)

06/05/2009, par , Marie Gallic, Catherine Guesde et Luc Taramini | Festivals |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

Mai

Histoire de profiter des dernières lueurs du jour, on traîne un peu dans la toujours accueillante petite cour de la Maroquinerie, où l'on repère quelques éminents et sympathiques représentants de la scène pop-rock-chanson française (Benjamin Biolay derrière ses lunettes noires, Armelle et Mocke de Holden, Pascal Bouaziz de Mendelson, Sing Sing...). Quand on descend enfin dans la salle encore peu remplie, Mai, rajoutée au line-up de la soirée, termine son concert. La Suédoise (Johanna Wedin de son vrai nom) offre une musique folk soignée et plaisante, mais on attendra d'en voir et d'en entendre un peu plus pour se faire vraiment un avis.

 

Anna Bronstead (Our Broken Garden)

Un tout petit peu plus au sud, c'est une Danoise, Anna Bronstead alias Our Broken Garden (ex-membre du groupe Efterklang), qui lui succède. Plantée derrière un imposant clavier recouvert de racks d'effets et d'un verre de vin rouge, elle livre une musique au pouls ralenti, où les sons flottent dans l'écho. Deux guitaristes langoureux et twangy l'accompagnent, dont l'un semble jouer de la guitare baritone, le son rappelant beaucoup celui de la basse. Ce Jardin d'hiver évoque des groupes pareillement engourdis comme Beach House, Speck Mountain, Trespasser William, voire Mazzy Star (et leurs équivalents avec chanteur). Si l'on est d'abord captivé par la voix de la demoiselle et la mélancolie cotonneuse de ses chansons, on finit par se laisser gagner par une certaine torpeur. Certains spectateurs ont d'ailleurs préféré s'allonger sur le sol... Fort beau, incontestablement, mais la Danoise très nordique (grande, blonde et polie) gagnerait peut-être à varier un peu le tempo.

Pour ça, il y a heureusement Juana Molina, dont la musique est sans doute l'une des explorations rythmiques les plus fascinantes du moment. Après l'avoir vue en trio à la Flèche d'or en octobre dernier, on est surpris de la retrouver seule. Si l'absence du bassiste et du batteur atténue un peu l'intensité que peuvent atteindre certains titres sur scène, l'Argentine s'en sort très bien, une fois remis à leur bonne place le pied de micro et le support de sa guitare. La plupart des morceaux commencent de la même façon : quelques doux arpèges mis en boucle, quelques mots qui subissent le même traitement, puis un empilement en strates successives de divers sons bidouillés, sortis de ses claviers et de sa loop station. C'est absolument fascinant : même quand on connaît bien les chansons, on est toujours surpris par les directions inattendues qu'elles prennent, comme si elles se réécrivaient au fur et à mesure, et on se perd avec délice dans les labyrinthes sonores de Juana.

 

Juana Molina

Malgré la vigueur pulsative de sa musique, une grande partie du public préférera rester sagement assis jusqu'au rappel, ce qui ne semblera pas trop la déranger. Toujours aussi pince-sans-rire (rappelons qu'elle a fait une carrière de comique à la télé argentine avant de se lancer dans la musique ; cf. YouTube, pour les hispanophones), la chanteuse s'amuse de tout : les photographes qui la mitraillent, le goulot bizarrement tordu de sa bouteille d'eau, la chaleur qui – dit-elle – la fatigue... Son bonheur d'être sur scène est palpable, mais on la sent en même temps très concentrée ; on suppose qu'elle compte les mesures pour que tout tombe juste et que son fragile édifice tienne droit. En rappel, elle offre un ancien morceau tiré de l'album "Tres Cosas" : le très simple et touchant "Insensible", à notre connaissance sa seule chanson en français, langue qu'elle parle parfaitement. Un atout supplémentaire qui pourrait permettre à l'une des musiciennes les plus singulières et créatives de sa génération de s'imposer enfin chez nous. Il faudrait juste qu'elle nous rende visite un peu plus souvent...

Vincent Arquillière

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals