Les Femmes s'en mêlent - édition 2009 (Frida Hyvönen, St. Vincent, Juana Molina, Clare and the Reasons, Battant, Micachu, Wildbirds and Peacedrums, ...)

06/05/2009, par , Marie Gallic, Catherine Guesde et Luc Taramini | Festivals |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

C'est presque devenu une tradition d'ouvrir le bal dans ce lieu avec une artiste... suédoise. Après l'élégante El Perro Del Mar l'an dernier, c'est à Nina Kinert que revient cet honneur. Accompagnée d'une violoncelliste, la demoiselle débarque en habit de princesse médiévale (décidément c'est une manie, Frida Hyvönen arborait un déguisement très "V" quinze jours plus tôt !) et s'installe timidement au piano. S'enchaîne alors une collection de petites perles pop mi-figue mi-raisin où il est beaucoup question d'amour avec un grand A. Nina nous ouvre son coeur d'artichaut avec suffisamment de pudeur et de malice pour que ses chansons ne tournent pas au journal intime version teenager. Le public écoute religieusement, charmé par cette voix pure (quoique manquant un peu de puissance) et par ses minauderies de lady faussement désinvolte. Le temps de passer du piano à la guitare, elle nous confie son émotion devant un auditoire aussi sage que le nôtre. S'étonne à plusieurs reprises que l'on soit venu si nombreux l'écouter et s'étonne encore plus que l'on puisse connaître les chansons de ses premiers albums, elle dont c'est la première apparition en France. Désarmante Nina ! La voilà qui clôt ce concert par un "I Shot My Man" glaçant non sans avoir réussi à nous faire frapper dans les mains quelques minutes auparavant. Princesse Nina et Dame Linnea font alors une rapide révérence, pas mécontentes de leur succès et s'éclipsent par une petite porte.

Luc Taramini

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog