Kid Francescoli - Kid Francescoli

03/07/2006, par Vinnie Terranova | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

KID FRANCESCOLI - Kid Francescoli
(Les Chroniques Sonores) [site]

KID FRANCESCOLI - Kid FrancescoliSur Myspace, les images du top 8 de Kid Francescoli ressemblent à un petit panthéon pop. On y croise pêle-mêle Ennio Morricone, Lee Hazlewood, Air ou encore The Flaming Lips. Bref, un étalage d'icônes du bon goût pop qu'un magazine autrefois incorruptible a béatifiées.
On y entend aussi quatre très bons morceaux dans lesquels on perçoit les ombres de Nino Rota et My Bloody Valentine. Ce mélange n'est certainement pas incongru tant la pop contemporaine s'est nourrie de la musique de film italienne la plus aventureuse de l'âge d'or de Cinecittà. Peut être parce qu'elles cherchent toute deux à résoudre la même équation : morceau = mélodie simple + arrangements complexes. On verra que ce n'est pas une problématique étrangère à cet album.
De concert en concert, d'une tentative prometteuse sur CQFD, la bonne réputation du Kid Francescoli, groupe originaire de Marseille, s'est amplifiée. Ce premier album tombe donc à point pour vérifier si ces échos flatteurs ont quelque fondement.
Autant le dire tout de suite, la réponse est positive. Les influences sont digérées et le groupe propose en 11 titres de construire un univers personnel qui n'est pas si éloigné de celui d'Air ou, pour rester dans le sud de la France, d'Oomiaq (le surréalisme de ce dernier en moins).
Ici, tout semble simple mais, lorsqu'on y regarde de plus près, l'ensemble est singulièrement complexe. Il repose sur un subtil dosage des arrangements qui ne viennent jamais nuire à l'ingrédient essentiel : la mélodie. Les morceaux d'apparence dépouillée sont en fait richement vêtus. Orgues, carillons, bruits électroniques, Rhodes donnent à la pop de Kid Francescoli ses couleurs chaudes. Le mélange des instruments acoustiques et électroniques est équilibré et le groupe trouve ainsi son propre style. On vous le dit, Kid Francescoli est un groupe stylé.
L'album alterne chansons en anglais et en italien, voix masculine et féminine, mais l'espace est principalement occupé par de grandes plages musicales. Le chant n'est jamais au premier plan, il reste à la place qui lui est assignée : un instrument parmi d'autres. Paradoxalement, c'est le morceau avec les harmonies vocales les plus riches qui fait la plus belle impression : "I'm Not John Mc Entire" quelque part entre Belle and Sebastian et l'Altra.
On retiendra aussi la jolie valse "Vincent, un Attore" et le Bloody Valentinesque "CFK" qui peut rester longtemps en tête. Mettre ces morceaux en exergue ne serait pas rendre justice aux autres tant ils sont tous d'une grande qualité.
L'accent "so frenchy" sur les titres anglais et italien, qui pourrait agacer chez certains artistes, ajoute ici un soupçon de charme exotique.
Seul reproche à adresser à ce disque : la trop grande maîtrise des compositions se paye par un aspect un peu sage. Mais le plaisir qu'il procure ne laisse pas subsister de doute quant à sa qualité intrinsèque.

Vinnie Terranova

Three Chords Intro
CFK
Vincent, un Attore
My Favorite Comics
Mas Legs
Villa Borghese
I'm Not John Mc Entire
You're So Beautiful
Roma-Hollywood
10,25
Two Chords Outro


Acheter sur Amazon Écouter sur Spotify


les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals
»» toutes les interviews