Katamine - Forest of Bobo

14/01/2008, par David Dufeu | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

KATAMINE - Forest Of Bobo
KATAMINE - Lag
(Tinstar Creative Pool) [site]

KATAMINE - Forest Of BoboFaisons d'une pierre deux coups et parlons ici des deux albums de Katamine, le tout récent "Forest of Bobo" d'une part, et "Lag", le cru 2005 - premier véritable album du trio israëlo-new-yorkais. Cela ne devrait pas nous poser trop de problèmes de conscience tant les morceaux de Katamine s'inscrivent dans une même démarche, souvent monocorde, où l'alternance couplet/refrain n'existe plus, et qui tend à niveler le tout dans une torpeur un peu inquiète. C'était bien la peine de se présenter comme un groupe de folk avant-gardiste, de se réclamer de Pasolini, et de se définir comme acoustico-bruitiste ("acoustic / noise", disent-ils)... Et c'est même dommage, parce qu'avec un peu moins d'attentes on aurait sans doute savouré ces petites vignettes un peu informes comme il se doit : de petites ballades folk assez sombres, souvent entêtantes, servies sur un lit d'arpèges répétitifs, et doucement contaminées par des bruits de fond variés et hasardeux. La voix d'Assaf Tager, aussi guitariste et tête pensante du groupe, n'est pas étrangère à cette impression mitigée : refusant toute envolée mélodique, elle se cantonne à un registre minimal, évoquant tantôt les imprécations d'un gourou hypnotiseur, tantôt le chant d'Akron Family. Inutile de préciser que l'on préfère la deuxième option, mais ce n'est pas toujours le cas - en particulier sur "Forest of Bobo" (sur "Lag" le groupe semblait un peu plus enthousiaste, et plus léger).
L'idée est pourtant séduisante : Katamine pratique une americana du XXIème siècle qui aurait digéré les mythes fondateurs de la conquête de l'Ouest, et leurs illusions - ne conservant, éparpillé, que le squelette sonore d'un folklore désabusé. Pas très joyeux, me direz-vous. Certes, mais c'est aussi ce qui produit parfois des paysages désolés mais magnifiques, ou des dérives subtiles et fascinantes, de Will Oldham à Bexar Bexar. Chez Katamine, on regrettera non le manque de relief, inhérent au projet, mais plutôt le fait que les paroles, pourtant inspirées, ne trouvent l'espace, et la respiration, qui puissent les porter vraiment.

David Dufeu

Now I'm Brown
Firstime Bedtime
In Every Ending
A Friend Like Waltz
Up Into the Air
Bird
The Home You Are
Mirror Makes Company
Smart Gate
Hole Day
Story Goes First

Acheter sur Amazon Écouter sur Spotify


les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals
»» toutes les interviews