Jarvis fait le show à Chappe

07/05/2009, par | Autre chose |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

Jeudi, fin d'après-midi, quelques heures à tuer avant le pont du 8 mai : ça tombe bien, Jarvis Cocker est en "résidence" jusqu'au 10 mai, de 12 à 18 h, à la galerie Chappe, en haut de la rue du même nom, sur les pentes de la butte Montmartre (on en avait parlé ici). Partant d'une réflexion sur la place de l'artiste à l'heure de la musique dématérialisée et de la crise du disque, l'ex-chanteur de Pulp s'est dit qu'il serait plus amusant de faire ainsi la promo de son deuxième album solo, "Further Complications" (sortie le 18 mai), plus de deux ans après son premier. Au menu, des répétitions, des impros où chacun peut jouer de ce qu'il veut, des animations pour enfants, des concerts... et même des cours de yoga. De quoi épater la galerie. La démarche peut paraître insolite, mais elle ne fait que poursuivre une tradition typiquement anglaise - en Grande-Bretagne, beaucoup des groupes les plus passionnants de ces quarante dernières années sont issus des art schools. L'endroit est exigu mais quand on arrive, il n'y a encore pas trop de monde et on peut s'approcher de la petite estrade sur laquelle ont pris place les musiciens, face à un public à l'allure bobo-branchée. Jarv arbore son look habituel : cheveux filasses, lunettes à grosses montures, chemise cintrée, plus une barbe avec quelques poils blancs. Les têtes de certains de ses accompagnateurs nous disent quelque chose, mais le seul que l'on reconnaisse (presque) formellement est l'ancien bassiste de Pulp. Et bien sûr Gonzales, possible futur recordman du concert le plus long, qui débarque au bout de quelques minutes, en nage (il fait horriblement lourd, et c'est encore pire à l'intérieur), et s'assoit derrière un clavier. Après une jam instrumentale en crescendo, le groupe joue quelques morceaux du nouvel album, dans des versions qui semblent considérablement rallongées. Feedback, larsens, son qui se règle petit à petit : c'est plus une répète ou une balance qu'un showcase. Un work-in-progress plutôt qu'un produit fini. Et c'est très bien comme ça. D'abord un peu amorphe, Jarvis commence à s'agiter (dans la limite de l'espace disponible) sur une reprise de "Eye of the Tiger" (oui oui, "Eye of the Tiger") et consent même un rappel, avant d'inviter le public à revenir les jours suivants. On se joint bien sûr à lui. Le groupe devrait donner un concert devant la galerie le samedi 9 au soir, si le temps et la maréchaussée le permettent. Plus d'infos ici et ici.

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals
»» toutes les interviews