Doug Hoekstra - Around The Margins

19/09/2001, par Jean-Christophe Mauger | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

DOUG HOEKSTRA - Around The Margins
(Inbetween records) - site

DOUG HOEKSTRA - Around The MarginsL'artiste de folk-rock a finalement le même problème que le chroniqueur de pop-news désireux de teaser son lecteur potentiel. Comment attirer l'attention sur un disque solidement calé dans les canons du genre à l'ère de Björk (baillements), de Godspeed Your Black Emperor et des Strokes ? Ceux qui cherchent encore la réponse peuvent essayer d'aller fureter du côté de Doug Hoekstra, dont le quatrième album " Around the margins " est sorti au printemps chez un courageux petit label néerlandais (au passage, le pays d'origine de ses grands-parents). Hoekstra est le genre de type dont raffolent les critiques éclairés américains-en gros ceux qui savent situer le Canada sur une carte. Il vit à Nashville, pour la tradition et les vibes, mais a accompli des études supérieures, publie des nouvelles dans des revues, et anime des stages de creative writing. Son disque incarne d'ailleurs assez bien ce compromis entre une tradition country-folk néo-traditionnaliste qu'il entend préserver et un côté intello-sarcastique à la Dylan (dont il reprend d'ailleurs, avec un respect quelque peu confit "Isis", extrait de "Desire", qui n'est pas l'album le plus consistant du Zim), en particulier dans les paroles. Sur le plan strictement musical, "Around the margins" est assez agréable, avec des mélodies folk finement ciselées, parsemées çà et là de légères touches gospel ("Birmingham Jail"), jazzy ("Undone") et de petits délires bruitistes, et portées par le talkover désabusé d'Hoekstra et des harmonies vocales féminines dont l'omniprésence a pour objectif, incontestablement atteint, de casser une certaine monotonie. Bon, pour un européen, tout cela manque un peu de radicalité et de flamboyance, mais rien n'interdit de penser que Doug Hoekstra saura un jour s'extraire de ses influences pour livrer un disque moins politiquement correct et un peu plus dense. Il en est certainement capable.

Jean-Christophe

Margins
Lost Among the Ruins
Birmingham Jail
Giving up Smoking
Desdemona
Laminate man
Houses Flying
That's where He was living
For the woman
Broken Tower
The Life we Love
Isis
Undone
Black And White Memories
Stranger's Eyes

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals