Herman Düne - Interview

20/04/2005, par Jean-Charles Dufeu | Interviews |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

Vous vous sentez chefs de file d'une sorte de culture alternative?

André : Pas du tout non. Sûrement pas des chefs de file en tout cas. On est dedans parce que c'est notre monde.

David-Ivar : On n'est pas chefs de file, mais je suis très fier d'être dans des réseaux qui me conviennent moralement, ou dans l'état d'esprit en tout cas.

André : Quand on joue dans des squatts ou des endroits comme ça, on aime bien, on n'a pas envie d'être ailleurs.

David-Ivar : Pendant qu'on enregistrait notre album, on était avec des gens qui, pour le coup, sont des chefs de file d'une culture underground. Les mecs, c'était des punks vraiment actifs, des gens qui se bougent comme des fous depuis des années... Nous, on est pas très actifs.

André : Le fait qu'on soit des gitans aussi, ça nous empêche de nous impliquer dans quoi que ce soit de sérieux. On voit des gens ici et là sans jamais pouvoir faire cause commune avec eux.

(A André) Maintenant tu habites à Berlin plus ou moins non ?

André : Ouais, on peut vraiment dire plus ou moins. Disons que la dernière fois que j'ai habité quelque part, c'était à Berlin.

Justement, le fait que vous soyez tout le temps à droite à gauche, ça influe sur la musique, vos chansons ?

David-Ivar : C'est vrai que c'est un peu spécial. Déjà comme on n'habite pas dans les mêmes endroits, on se voit surtout pour enregistrer et pour tourner. Sinon, je ne sais pas si ça influe...

André : Mais du coup, comme on ne se voit pas si souvent que ça en dehors des tournés, finalement on a plus de temps pour penser aux chansons, à ce qu'on peut écrire. Justement, parce qu'on n'est pas impliqué dans d'autres activités localement. On a aussi la chance de ne pas avoir un métier à côté, même si ce n'est pas toujours facile.
On n'a pas travaillé depuis des années... Bon, même si Néman est un peu serveur à Paris.

David-Ivar : Et moi, je suis DJ, un métier bien fatigant...

Quand tu dis que ce n'est pas facile c'est sur le plan financier...

André : Oui c'est ça. Même si je le voulais, je ne pourrais pas payer un loyer quelque part.

Mais pour vos chansons en tant que telles, dans la composition, est-ce que ça apporte quelque chose d'être toujours entre plusieurs cultures, plusieurs villes, plusieurs pays ?

David : C'est assez inspirant de ne pas être chez soi, d'être toujours en déplacement, toujours un peu déraciné. Il y a plein de moments où tu te retrouves un peu tout seul, tu te poses des questions, tu penses à des gens... Et ça c'est pas mal pour écrire des morceaux. Moi ça m'inspire. Par ailleurs, dès que tu voyages tu vis plein de trucs, ça provoque tout une cascade d'événements, c'est automatique. Je ne pense pas que ce soit impossible chez soi, mais disons que pour nous c'est une manière assez facile de vivre des choses assez fortes.

Néman : Les lieux où on va c'est aussi des sujets de chansons.

Est-ce que vous avez envisagé la conception du dernier album d'une façon particulière ?

David-Ivar : Chaque album on l'envisage à chaque fois d'une façon spéciale, on essaie de faire précisément le truc qu'on veut faire à ce moment là. La différence avec celui-là c'est qu'on a plus ou moins réussi à faire ce qu'on voulait faire. D'habitude, on part avec des idées et on fait ce qu'on peut, avec les moyens du bord. Mais pour celui-là, on avait les idées, et on est allé jusqu'au bout. On avait vraiment envie que ça sonne bien rythmiquement. Sur cet album toutes les chansons, je les adorais. Encore plus que d'habitude. Rien qu'à cette idée, j'étais content de partir en studio. Et puis là, j'avais l'impression qu'on avait les moyens, pour une fois, de faire un truc qui tienne la route sur le plan rythmique. On voulait quelque chose qui groove un peu plus, dans l'esprit de ce qu'on est capable de faire sur scène. Et ça a marché, tout simplement parce qu'on avait plus de micros, ce genre de choses.

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals
»» toutes les interviews