Gruff Rhys - Interview

06/11/2014, par | Interviews |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

Nous avons rencontré le Gallois hyperactif à l'occasion de sa tournée francaise, pour qu'il nous en dise plus sur son dernier album "American Interior" et ses projets à venir.

 

 GR1

 

Comment vous est venue l’idée de monter ce projet autour de John Evans ?

Il y a cinq ans, je me suis lancé dans un projet appelé "Separado !", un documentaire sur un voyage que j’ai effectué en Patagonie à la recherche d’informations sur le guitariste René Griffiths. C’était un ancêtre à moi ayant émigré là-bas à l’époque victorienne. Tout au long de ce périple, j’ai à la fois donné des concerts et recherché des informations sur René. L’expérience m’a vraiment séduit, c’est pourquoi j’ai voulu me plonger dans un projet similaire avec "American Interior". Depuis toujours j’entendais dans ma famille des histoires incroyables sur John Evans (1770–1799). C’était un explorateur gallois parti à la recherche d’une tribu amérindienne utilisant encore des bribes de notre langage. J’ai donc contacté mon agent aux Etats-Unis pour lui parler de mon idée qui était de suivre exactement le même voyage que John et d’en tirer un documentaire, un livre, un disque et un support multimédia. Il m’a tout de suite donné son feu vert.

Après "Separado !", n’avez-vous pas eu peur de vous répéter avec "American Interior" ?

Pas du tout car avec "American Interior" j’ai concrétisé tout ce que je n’ai pas pu réaliser à l’époque de "Separado !". J’avais en effet enregistré un album autour du documentaire, commencé à regrouper des photos pour publier un livre. Mais finalement, seul le film a fini par voir le jour. Pour "American Interior", j’ai été clair dès le départ et toutes les conditions ont été réunies pour que le projet soit rendu possible dans son intégralité.

C’est la première fois que l’on vous retrouve avec un concept aussi fort. Aviez-vous envie de rompre avec une certaine routine, ou bien avez-vous juste voulu expérimenter ?

Je trouve indispensable, mais surtout très sain de casser la routine. Evidemment, tous les disques n’ont pas besoin d’être couplés à un film et un livre. Mais l’histoire de John Evans est tellement riche en événements qu’il fallait un projet relativement extrême pour lui rendre justice. Il était donc possible de créer un lien fort et complémentaire entre l’album, le livre et le documentaire. Plus j’y pense et plus je me dis que je n’aurais pas eu assez de matière pour faire la même chose avec "Separado !", même si c’était mon idée initiale.

Mener tous ces projets en parallèle avant, pendant et après votre séjour aux Etats-Unis ne vous a t-il pas donné l’impression de vous noyer par moment ?

Quand j’y pense, je me dis que c’était un projet de fou. Tu te rends compte, cela fait maintenant deux ans et demi que je ne vis qu’à travers "American Interior". J’ai planifié le voyage aux Etats-Unis pendant six mois, j’ai passé cinq semaines sur place à voyager, donner des concerts, composer et interviewer des gens au sujet de John Evans. A mon retour il a fallu presque deux ans pour écrire le livre, monter le film et enregistrer l’album. Et dès que le tout a été achevé, j’ai enchaîné directement sur la tournée. Je suis maintenant incollable sur la vie de mon possible ancêtre !

 

 GR7

 

Les chansons ont été en grande partie composées ou retravaillées pendant votre séjour. Le disque sonne à l’arrivée très cohérent. Comment y êtes-vous parvenu ?

J’ai composé les premières chansons au Pays de Galles juste avant de m’envoler pour les USA. Ce sont les chansons les plus joyeuses de l’album car j’étais très excité à l’idée de partir là-bas. "The Weather" est l’une d’entre elles. J’essayais de me mettre dans la tête de John Evans qui lui aussi devait être excité à la veille de son départ. Une fois sur place j’ai enregistré neuf chansons en un jour à Omaha dans le Nebraska. Elles aussi étaient très "upbeat". A mon retour je me suis rapidement aperçu qu’il n’y avait aucune chanson triste. De ce fait, je passais musicalement à côté de moments essentiels de son histoire car son voyage a été extrêmement difficile. J’ai donc dû me remettre au travail pour rectifier le tir.

Nous nous attendions à des sonorités beaucoup plus américaines. Pourquoi ne pas avoir accentué cet aspect sur le disque ?

Parce que je suis profondément européen. Ca me rendait paranoïaque d’essayer de faire un album aux sonorités américaines. J’avais peur que ce soit une grosse erreur, que ça sonne faux. Pourtant, j’adore la country music et son influence est évidente dans mes disques. De plus quand je suis rentré de ce voyage, j’ai dû terminer l’album de Neon Neon avec Boom Bip. Les sonorités du disque étaient très électroniques et très européennes. J’étais donc à mille lieues dans ma tête des sonorités américaines quand j’ai finalisé "American Interior". C’est pourquoi l’album sonne comme celui d’un touriste européen aux USA. (rires)

Le film a été diffusé au Pays de Galles récemment. Quelle a été sa réception ?

Bonne ! La perception du public gallois a forcément été différente car les chansons de la version diffusée sont en gallois ainsi que la plupart des dialogues. Malgré ces changements par rapport à la version habituelle du documentaire, j’étais très inquiet avant sa diffusion car j’avais peur qu’on me reproche que les passages en gallois ne soient pas assez nombreux. C’est pourtant assez contradictoire car il y avait peu de gens à interviewer dans cette langue aux Etats-Unis ! Les Gallois sont des gens aux opinions très fortes, j’étais donc soulagé que la réception soit aussi bonne.

Vous avez placé la barre assez haut pour ce projet. Comment envisagez-vous le prochain après une telle expérience ?

 Je suis avant tout un songwriter. Je vais donc me concentrer principalement sur l’écriture des prochains albums. Mais va savoir où cela va me mener… Peut être à un projet encore plus ambitieux qu’"American Interior" ! Pour l’instant je viens de terminer la bande-son de "Set Fire to the Stars", un biopic sur le poète gallois Dylan Thomas réalisé par Andy Goddard. C’est un projet qui est arrivé pile au bon moment. Je venais juste de terminer "American Interior" et je n’ai eu qu’à me concentrer sur la musique. C’était un vrai soulagement.

 

GR3

 

Certains morceaux de cette bande originale ont été annoncés comme s’assimilant à du Jazz. Comment avez-vous abordé cette expérience ?

Le film se déroule dans les années 50, donc je voulais vraiment lui apporter une touche propre à cette période. Je connaissais un trio de jazz auquel j’ai proposé de collaborer. Tu vas trouver ça ridicule, mais on a fini par composer une musique complètement étrange (il sort son téléphone pour me faire écouter des extraits mi-jazz, mi-pop). J’ai utilisé les instruments classiques du jazz pour essayer de faire une sorte de dérivé de krautrock, pour te donner une idée !

Comment vous êtes-vous intégré dans cette grosse production cinématographique ?

Je n’ai pas eu à trop m’intégrer et c’est ça que j’ai apprécié. C’est comme si j’avais été invisible vis-à-vis de la production du film. Invisible même sur les morceaux car on entend vaguement ma voix sur seulement trois d’entre eux. La plupart des titres sonnent comme une sorte de faux jazz orchestral. Le réalisateur intervenait tout de même pour nous demander de retravailler certaines ambiances car il avait des idées très spécifiques pour certaines séquences. Mais nous avons tout de même gardé une grande part de liberté. J’ai adoré travailler sur ce film.

Écoutez-vous du jazz à la maison ?

Oui, dans des styles assez variés. J’aime aussi bien le jazz des années 60 que les BO jazzy ou le jazz hongrois (Gabor Szabo).

Est-ce une expérience que vous renouvelleriez ?

Oui, mais ce n’est pas la première fois. Ces cinq dernières années, j’ai déjà réalisé trois soundtracks qui ne sont jamais sortis. Dont un de deux heures de musique pour une chaîne de télé-achat. J’espère vraiment trouver du temps l’année prochaine pour en publier au moins un. "Set Fire to the Stars" va sortir très prochainement en salle et il me semble qu’ils vont également sortir la  bande originale. Le problème, c’est qu’en Grande-Bretagne, les Beatles et autres gros vendeurs monopolisent encore les fabricants de disques. Il est quasi impossible de sortir un disque rapidement, il faut tout planifier à cause de cela. Il va falloir que je crée ma propre entreprise pour presser mes disques. (rires)

 GR11

Vous êtes un habitué des collaborations (Boom Bip, Tony Da Catora, Dylan Goch…) ? Est-ce vous qui en êtes à l’origine, ou bien vient-on souvent vous chercher ?

Etrangement, j’ai rarement été à l’initiative de ces collaborations. Ce sont juste des amis qui m’ont proposé de composer avec eux ou juste de prêter ma voix. Ces enregistrements se sont tous faits de façon informelle. Il faudrait que j’arrête d’avoir une vie sociale pour être moins sollicité. (rires)

Vous semblez apporter un grand soin à l’esthétique de vos disques et vidéos, avec des idées souvent originales. Y a-t-il des artistes que vous admirez qui vous ont donné envie d’y attacher une importance ?

Oui, c’est important. Il y a des groupes que j’adore qui n’ont aucun sens de l’esthétique, et je trouve ça dommage. Quand j’étais gamin, j’étais obsédé par le Velvet Undergroud et New Order. Leurs pochettes s’identifiaient vraiment à leur musique, avec une identité graphique forte. Je respectais Andy Warhol et Peter Saville presque autant que ces groupes. J’essaie un peu de recréer la même chose avec Pete Fowler, qui collabore avec moi sur mes visuels depuis très longtemps. 

 GR5

 

Crédit photos : Benoit Daviou.

Merci à Thierry et Alexis chez Caroline.

les derniers articles


»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals